Territoire social & art # 2

Pour faire suite à notre article précédent: Territoire social & art # 1, nous allons questionner différentes notions.

 

PREVIOUSLY

Screenshot_2019-03-21 Rubis mécénat – fund for cultural and social art projects

Nous avons abordé le mécénat d’entreprise tel que Rubis Mécénat cultural Found. Mécénat porté par le groupe Rubis dont l’un des sites se trouve être exploité au Grand-Quevilly (2305 BD Stalingrad).

Le sujet qui nous intéresse est la commande passée par ce mécène à un artiste de renommée internationale, à savoir le photographe belge Geert Goiris. Cette même commande a fait l’objet d’un partenariat unique avec le FRAC (Fonds régional d’Art Contemporain) Normandie Rouen installé à Sotteville lès Rouen. Cette initiative a pris la forme suivante:

  • Une exposition au Frac Normandie Rouen (du 09-12- 2017 au 14 -01-2018)
  • Deux installations d’envergure dans le Port de Rouen
  • Une parution chez Roma Publications.

Ce qui a attiré notre curiosité c’est la manière dont était relatée cette collaboration. Pour cela, nous avons retenu trois articles parus dans: Paris Art, L’œil de la Photographie et Réponses Photo.

Vous pouvez y avoir accès depuis Territoire social & art # 1

Dans un premier temps, des mots, expressions ont retenu notre attention:

Paysage industriel contemporain/ Environnement industriel/ Monde/ Présence fantastique/Paysage romantique/ Style cinématographique

Temps de latence/ Pétrole (semble) inoffensif/

Gestes/ Place du corps

Rôle majeur/

Puis, nous avons extrait ceux -ci : « Documenter, portée à la vue, sites méconnus, cachés des regards ainsi que la préposition « malgré » et la locution adverbiale « au contraire » dans les phrases « sites méconnus malgré leur rôle majeur » (article 1) et « Au contraire le sujet est dans les temps de latence… (dernière phrase de l’article 3) »

Et enfin les annotations suivantes pour désigner l’artiste au regard de ses expositions et du format de ses œuvres: XXL, monumentale, expositions poids lourds.

 

Temps II

Restituons le contexte géographique de cette proposition artistique. En effet, sur notre territoire social est implanté Rubis Terminal.

De qui s’agit-il? Et quelle est, brièvement, son histoire ?

Screenshot_2019-03-22  Gilets jaunes le dépôt pétrolier près de Rouen a été débloqué par la police.png

Localisation du site Rubis Terminal au Grand-Quevilly

RUBIS TERMINAL

« Rubis Terminal est le leader européen indépendant dans le stockage de produits pétroliers, chimiques, agroalimentaires et des engrais.

Rubis Terminal est une filiale du groupe RUBIS, un des leaders européens indépendants spécialisé dans la distribution de produits pétroliers (carburants, GPL…) et le stockage de produits liquides (pétrole, produits chimiques, produits agroalimentaires, engrais).


Créé en 1877, Rubis Terminal, anciennement Compagnie Parisienne des Asphaltes (CPA), dispose en 1992 d’un million de mètres cubes de stockage à Rouen et Dunkerque, dont la localisation en façade maritime et les connexions aux principaux pipelines français offrent un enjeu stratégique majeur dans la chaîne logistique des hydrocarbures et produits chimiques en France.

 

RUBIS TERMINAL & Rouen

2016 Mise en service de capacités supplémentaires à Rotterdam (35 400 m3), Anvers (45 000 m3) et Rouen (75 000 m3)


2017  Construction de réservoirs double enveloppe béton à Rouen 2 X 9 500 m3, mise en service de 30 000 m3 à Anvers


2018  Mise en service de 22 000 m3 en engrais à Rouen. » Source

 

L’Art est engagé pour la construction d’une image

Pour cette commande artistique, l’artiste Geert Goiris a eu carte blanche pour traiter du sujet: Le groupe Rubis et son activité (ses sites industriels).

Les œuvres de Geert Goiris pour Peak Oil associent différentes images, idées et perceptions. La formulation « dans un style cinématographique » souligne l’esthétisation d’un décor et le soin apporté aux plans, cadrages, traitement des couleurs (contrastes) ou du noir et blanc. L’image est « belle », porteuse de références cinématographiques et convoque nos imaginaires.

Cette proposition artistique pourrait sembler poétique. Ces photographies emmènent avec elles une dramaturgie sous tension.

Ces images pourraient réconcilier les univers industriels et littéraires, romantiques et fantastiques.

L’imaginaire du caché trouve ici toute sa puissance – ce que nous ne savons pas, ce que nous ne voyons pas/ par choix ou par nécessité.

Cet accès à l’immontré transforme notre appréhension du réel. De surcroît les scènes photographiques, telles qu’elles sont relatées par Geert Goiris, sont autant d’éléments factuels qui viennent documenter et nourrir dimension irréelle.

Cette documentation faite par un artiste participe à l’anoblissement des activités du Groupe Rubis dont les sites industriels sont désignés « paysage industriel contemporain ».

« Contemporain » est un adjectif qui nous conduit tout droit vers l’art contemporain même si sa définition induit  » de la même époque, de la même période ».

Le « Paysage » raconte une vue d’ensemble, une étendue spatiale naturelle ou non, mais l’effet produit dans l’appellation « paysage industriel » est autre. Nous pensons à un tableau, celui-ci serait renforcé par la désignation complète: « paysage industriel contemporain ». Ces usines voient leur image muter, nous glissons des sites industriels vers des territoires artistiques.

Ce paysage, cet environnement, cette présence…Un vocabulaire valorisant pour créer un passage des sites industriels vers le patrimoine industriel.

Avec Peak Oil, il n’est en rien restitué à l’aune de sa dangerosité, de son impact, de son rôle sur les écosystèmes…Il est romancé et sa subjectivité interpelle car elle vient narrer une histoire hors du temps où la présence humaine est très rare.

L’art se met au service d’une image. Quelle superbe démonstration d’un processus de valorisation que cette commande!

La notion temporelle fait, assurément, une entrée fracassante car pour certains clichés nous sommes incapables de situer la période, l’époque.

De plus, l’abstraction endort ce paysage, ce qui engendre un caractère lointain quasi inoffensif à ce dernier.

La question du rôle est posée. Le nôtre? Dans cette scène d’abandon, quelle est la part de responsabilité de l’homme? Qu’avons-nous engendré, produit comme décor?

Quel degrés d’altération s’est exercé sur les biotopes/écosystèmes documentés par cette image?

Ce sont aussi les formats et l’utilisation de support type Wallpaper en version XXL qui renforcent cette impression. Les gros plans/ plans serrés accentuent l’impression d’un paysage si vaste qu’il est impossible à restituer. Comment lui apporter de la concrétude ?

Pas de panorama, au sens photographique du terme, pour traduire ces sites industriels mais une surface géographique immense qui tient aux détails.

L’œil est captif de ces espaces circonscrits toutefois invisibles jusqu’alors.

Screenshot_2019-03-22 Geert Goiris-Peak oil - FRAC Normandie-ROUEN-2018 - a photo on Flickriver.png

Exposition Peak Oil de Geert Goiris au FRAC Source

Le terme « Monde » renvoie à plusieurs définitions: Un tout, un ensemble de choses, ensemble de tout ce qui existe, à l’environnement des êtres humains, à un milieu ou un groupe social défini par des caractéristiques… Il est aussi une expression qui peut accroître, intensifier la portée de ces images en accordant une importance majeure à ce qu’elles désignent. Elles forment un monde, à elles seules.

Ce qui vient créer le trouble c’est aussi la capacité narrative de Peak Oil à nous montrer les séquences, les détails comme partie prenante de ce « tout ».

Geert Goiris est reconnu pour la tailles de ses formats comme nous l’avons vu qui agissent comme une démonstration de force. Par ailleurs, son nom est associé à des expositions prestigieuses au regard de leur scénographie et des lieux qui les ont accueillies. Sa reconnaissance internationale accroit le phénomène d’attraction, en effet, pour un groupe comme Rubis, c’est l’assurance de quelque chose d’unique, de grandiose au rayonnement implicite.

« Se faire tirer le portrait » par un artiste comme celui-ci c’est aussi susciter un intérêt, une adhésion et renforcer un sentiment d’attachement voire de fierté. Souvenons-nous.  Nous avions évoqué la notion de fierté ouvrière, précisément au Grand-Quevilly.

Lorsque je fis l’expérience de cette visite (du 09 décembre 2017 au 14 janvier 2018) au FRAC Normandie Rouen, je fus très surprise de la diversité des publics et du nombre de personnes ayant fait le déplacement. Il est vrai que la période de monstration était très courte (à peine un mois).

Les retours que j’obtins, lors de la rédaction de mon mémoire universitaire (la programmation artistiques à l’aune des nouveaux espaces de référence, Rouen, ville – Métropole), auprès de Julie Debeer (chargée des publics de la structure) pour cette exposition furent plutôt surprenant. Elle ne s’étonnait pas du succès. Selon elle, les gens venaient voir ce qu’ils connaissaient. Ce qui me sembla être une (ré)activation de ressources spécifiques pour un territoire ne paraissait pas être perçu ici.

Ce territoire social possède une très longue et riche histoire ouvrière dont peu de structures s’emparent et dont on préfère taire voire minorer l’existence.  Ce qui contraint une commune à avoir un récit autorisé, parfois hors-sol (non inscrit)La présence des ces usines sont inscrites dans l’esprit, les souvenirs, la parole et les parcours de ces habitants, de ce fait, ne pas y faire référence, efface la spécificité de cette ressource.

Par cette commande, le groupe Rubis s’est offert la (ré)activation des ressources spécifiques (les habitants, ouvriers ou non, attachés, curieux de leur environnement industriel) de ce territoire social.

Une manière stratégique de produire et de réactiver de l’attachement. Ce groupe industriel n’a pas à être inquiéter à ce propos au vu du succès remporté par cette exposition, de plus, elle est parvenue à faire se déplacer des personnes qui n’étaient jamais allées au FRAC.

Que dire, hormis s’interroger encore et encore sur l’attachement paradoxal des habitants de ce territoire, questionner les notions d’éthique et de responsabilité, présupposées par les « malgré » et « au contraire » de nos trois articles étudiés.

 

Isabelle Pompe, Mars 2019.

 

 

 

Territoire social & culture

Petit-Quevilly excelsior

L’Excelcior, Rue Joseph Lebas, Petit-Quevilly, 1923 (Timbre Pasteur 10c.)

L’histoire culturelle de la commune est intimement liée à son histoire politique. Les maires qui se sont succèdés, par leur personnalité, leur ancrage local et leur politique publique ont pu faire preuve d’ambition. Cette approche contribuera à l’observation que nous ferons, dans un 2ème temps (dans un autre article) en nous demandant quel est le degré de connexion de la commune avec son territoire extra local (ses habitants – leurs histoires et particularités, sa vie économique et son passé majoritairement industriel). Comment vit -elle son histoire? Puis, nous questionnerons la valorisation de ses ressources spécifiques.

La période, pour développer l’ histoire culturelle du Petit-Quevilly, qui nous intéresse, commence au début du XX ème siècle.

Petit-Quevilly, une histoire de salles

Les structures qui font leur apparition sont des salles de bals, cinémas, théâtres, lieux culturels, théâtres… Toutefois un cas singulier, dans l’histoire de la ville, a émergé pour se construire telle une place forte au fil des générations.

L’Excelsior

Structure protéiforme aux vies plurielles, l’Excelsior a pu contribuer au décloisonnement des disciplines, des genres et à la diversifications des publics de la culture… Tout d’abord, situé en bas de la rue Joseph Lebas, au 24, 26, précisément, ce lieu commence sa carrière sous la forme d’une salle de bals à savoir « la Quevillaise », puis, nous sommes en 1916, il devient le 1er cinéma de la commune.Source

Le cinéma

Le cinéma est intimement lié à Hollywood, dès 1913, les très grosses productions américaines font leur apparition. La domination américaine sur les écrans durera une très longue partie du XX ème siècle (on estime que la décennies 80 a pu modifier les choses mais il est important de comprendre que les films américains représentent plus de 50% du budget cinématographique des salles françaises.) Le cinéma relève des industries culturelles et son modèle économique fut complexe à trouver. En effet,  au début du XXème siècle, l’industrie cinématographique s’est organisée avec la construction de salles dédiées au sein d’établissements démesurés (en 1920, il y a 11 salles de plus de 2000 places à Paris). Le cinéma s’impose alors comme un lieu de consommation culturelle de masse. Contrairement au théâtre, la salle de cinéma abandonne toute stratification sociale avec un espace commun, un tarif identique quel que soit l’emplacement et le placement n’a pas cours. Ce qui modifie considérablement le rapport que les publics vont entretenir avec cette structure culturelle et la consommation culturelle d’une manière générale. La fréquentation du cinéma, qui concerne un public plus large, explose grâce à son prix du ticket d’entrée fort attractif en comparaison de ceux du théâtre et de l’Opéra. Les spectateurs reviennent régulièrement et participent ainsi à sa très forte démocratisation. Le cinéma est, encore à ce jour, une des sorties culturelles les plus populaires. Cependant son territoire d’implantation peut aussi avoir une influence sur l’activité d’un lieu. Nous aborderons cette problématique avec l’observation des transformations qu’a vécu l’Excelsior, devenu, par la suite, lieu culturel (Maxime Gorki), théâtre (La Foudre, scène nationale) puis labellisé CDN ( Centre Dramatique National) de Normandie Rouen.

Les salles

Petit-Quevilly verra l’ouverture d’autres salles se produire: L’Éden (années 20),  Le Cinéma Quevillais, Rue des Frères-Delattre, ouvert vers 1920, fermé avant 1929. Le Royal Cinéma – Rue de Chateaudun (25), salle ayant fonctionné durant les années 20.Le Kursaal, salle à la carrière plus longue – Rue des Frères-Delattre (16), anciennement 70 rue de la Gare, ouvert vers 1925, fermé en décembre 1963. Au même titre que le Ciné Palace Quevillais – Salle ayant fonctionné de 1920 à 1964.

Le Selecta Cinéma – Salle ayant fonctionné au lendemain de la seconde guerre mondiale. Ciné-Galt -Boulevard Général de Gaulle (37), ouvert vers 1952, fermé entre 1961. Cinéma Chartreux– Place des Chartreux (n° 15), ouvert en décembre 1953, fermé en juillet 1979 avec 700 places.Source

Les salles vivent au rythme des bouleversements liées aux périodes de guerre, aux crises économiques dont le crise de 1929 fait partie ainsi qu’aux modifications sociétales. C’est donc ensuite, vers 1950 que l’on voit une très forte progression de la fréquentation des salles obscures sur le territoire français et se maintenir ainsi jusqu’à la fin des années 60, date à laquelle la télévision fait son entrée progressivement dans les foyers. D’ailleurs, sur la commune, on assiste à l’ouverture de deux cinémas (Ciné-Galt, Chartreux), le Kursaal et le Ciné Palace Quevillais se maintiennent sur cette période. Trois cinémas vont ensuite fermer respectivement en 1961, 1963 et 1964.

Une autre vie culturelle s’articule autour du « Casino rouennais »

casino rouennais

Casino Rouennais, date approximative (timbre semeuse rouge- 1906/ 1922)

Cette structure culturelle, répertoriée comme salle de danse, appartenait à Juliette & Jules Fournier. Elle se retrouve ensuite classée en cinéma en 1950 puis en apparait dans la catégorie location de salle, avec ses 1200 places . Et enfin, elle accueille l’ ACLPAR jusqu’en 2015 (Association Culture Loisirs des Portugais de l’Agglomération de Rouen)Casino Rouennais

Une salle a la vie longue et qui était parvenue à s’ancrer sur son territoire local et à attirer des populations diversifiées (rouennais et sottevillais…)

intérieur casiono rouennais

L’intérieur du Casino Rouennais lors d’une réunion de l’ACLPAR

Juin 1966, les transformations de l’Excelsior

la salle de cinéma historique, par sa longévité, ouverte entre 1916 et 1918, qui comportait alors 938 places, l’Excelsior, ferme définitivement ses portes en Juin 1966. Sur cette période de 50 ans (soit deux générations), nous pouvons nous demander si cette structure a vécu, comme d’autres salles de cinéma, des difficultés financières au point d’être contrainte à la fermeture. Nous pouvons aussi nous interroger sur ses publics et le renouvellement de ces derniers. Peut-être une dimension générationnelle a pu s’opérer toutefois il convient de rappeler que la rue Joseph Lebas et notamment ses immeubles étaient en 1930 (année de leur construction) destinés aux cadres des industries et usines installées sur la commune. Nous savons qu’ aujourd’hui ils relèvent du bailleur social  » Seine Habitat » et qu’implicitement ses occupants sont socialement exposés voire précaires. Une population en remplace une autre certes mais, ici, sociologiquement, nous sommes passés des cadres aux précaires, ce qui est important au regard de la stratification sociale qui s’est opérée sur cette rue.
En 1969, la municipalité transforme l’ancien cinéma, il devient le « Théâtre Maxime Gorki », créé et dirigé par Jean Joulin.La volonté de cet espace culturel est celle d’être un centre culturel communal à la programmation très diversifiée afin d’offrir aux habitants une pluralité de propositions culturelles et artistiques. Pour tenter de comprendre la transformation de ce lieu, nous pouvons également interroger cette commune, par le prisme de sa politique. Depuis 1945, la mairie est au main du PCF, ce, jusqu’à 1989 avec trois mandats.

La création de ce centre pourrait répondre à la logique de l’Éducation populaire avec ses ambitions d’émancipation individuelle et collective pour ainsi contribuer aux transformations de la société. Puis, Gérard Marcon prendra la direction de ce lieu en 1997. Alors que la mairie prend les couleurs du socialisme en 1989 avec François Zimeray.

Un changement plus profond s’opère, en 2002, lorsque, d’une part, on rebaptise puis on labellise la salle. 2001 voit l’arrivée à la Mairie de l’actuel maire de la commune, Frédéric Sanchez. Le Théâtre Maxime Gorki devient le Théâtre de la Foudre, labellisée scène nationale, après rénovation, en 2004. Puis, est labellisé CDN de Normandie Rouen, un centre dramatique multi-sites réparti sur les communes de Rouen et Mont- Saint-Aignan. Sa direction est confiée à David Bobée.

 

Une structure culturelle à l’identité rock, « L’Exo 7 »

Une salle indépendante ouvre en 1983, située au 13 place des chartreux, (peut-être s’agit-il du même endroit que le cinéma ?)  a une très grande importance pour la commune, l’EXO 7. En près de 27 ans, 1000 concerts ont été organisés. Cette salle de concerts, tenue par Jacques Hupin, avait une capacité de 840 personnes*, elle a fermée définitivement ses portes le 30 juin 2010. Elle a programmé de nombreux artistes tels que The Clash, Les Pogues, Matmatah, Jean-Louis Aubert, Niagara, Noir désir, REM, U-Roy, Gladiators, BB Brunes, Indochine, Dogs, Tupelo Soul…

*La SMAC ( Scène de musique actuelle) Le 106 ouvre en novembre 2010 à Rouen, rive gauche. Elle possède deux salles aux jauges respectives de 1100 et 320 places.

 

La Jauge, quel indicateur?

En prenant en considération le nombre moyen de places de ces salles et en les comparant avec les chiffres d’aujourd’hui, par exemple, la scène nationale Le Volcan au Havre et ses 800 places après travaux (2015) ou encore la jauge de l’Opéra de Rouen Normandie (Théâtre des Arts) et ses 1350 places,  nous pouvons nous demander pourquoi les salles étaient si grandes et pourquoi n’ont-elles pas pu pérenniser?

Ou sont passés leurs publics? Ou encore, en termes de vivacité culturelle d’un territoire, alors que Petit-Quevilly a pu accueillir des publics sur de très grandes jauges (1200 pour le Casino Rouennais, 938 pour L’Excelsior, 840 pour L’Exo 7…) et rayonner au-delà de son territoire, pourquoi assistons-nous, depuis près de 20 ans, à un essoufflement voire désengagement culturel de la part de la commune?

 

Rien qu’avec deux salles, pour la décennie des années 50, (les 1200 places du Casino Rouennais et les 938 de l’Excelsior) nous arrivons à 2138 places pour 20798 habitants (chiffre pour 1954).

Aujourd’hui, nous sommes 22134 habitants (2016), tous les cinémas ont fermé,  Le CDN ( Foudre) est la seule salle de spectacle qui subsiste avec une capacité d’accueil de 458 spectateurs. A population sensiblement égale, le nombre de place a été divisé par 5…

 

Isabelle Pompe, 1er Mars 2019