Les conseils de quartier Rouen rive gauche # 3

Terminons notre exploration des conseils de quartier de Rouen rive gauche au travers la lecture, la mise à disposition et l’analyse des éléments consultables depuis le site « Rouen ensemble ». Aujourd’hui, le le quartier Grammont- Europe

Tout d’abord, ce que nous pouvons remarquer c’est que seulement deux documents semblent actifs: Le bulletin d’avril 2018 et le CR de la réunion plénière 2019 03 19 – CR Grammont(1)

Le bulletin

Il présente en page de couverture une image de la bibliothèque Simone de Beauvoir et de son parc. Trois thématiques sont annoncées.

Screenshot_2019-06-16 Bulletin Grammont avril 2018 pdf.png

Sur sept pages, on se dit que les sujets ont peut-être peu de place mais tentons la lecture en restant objectif.

  1. Item : notre vie de quartier
  2. Item: Notre quartier en action
  3. Item: Projets

1// Notre vie de quartier

Un titre sera toujours questionné avec #sitespecific. Son rôle, sa portée, sa cible, son niveau de vocabulaire et sa symbolique. « Notre » souligne que l’on place le lecteur au même niveau que le rédacteur de la gazette. Cet écrit, à visée inclusive, se veut être un document informatif. Est-il communicationnel ? Nous y répondrons dans un 2ème temps. « Vie de quartier » rassemble sous une dénomination commune une image compréhensible par tous. Nous sommes à même de voir ce qu’est un quartier mais sommes-nous d’accord avec sa définition ?  Grammont – Europe, telle est la désignation se veut être le même quartier. C’est donc à l’aune d’une cartographie, et donc d’une géographie que l’on situe les vies de quartier. Mais quand peut-on parler de quartier ?

Un quartier, c’est quoi?

Un quartier est une subdivision d’une ville ou d’un territoire. C’est aussi souvent une échelle d’appropriation d’une partie de la ville par ses habitants, donc un ensemble urbain comportant certaines caractéristiques particulières ou une certaine unité.  L’INSEE ajoute, « la taille des quartiers est très variable. Elle doit respecter certaines normes de population. Ainsi, une commune de 20 000 habitants n’est généralement pas découpée en plus de deux ou trois quartiers; de même, seules quelques communes de moins de 10 000 habitants sont découpées en quartiers. »Source Le dictionnaire Larousse précise, qu’un quartier est une division administrative d’une ville.

Un quartier devrait, idéalement, viser à:

  • Favoriser le lien, la cohésion sociale,
  • Soutenir les initiatives,
  • Galvaniser une attractivité afin d’animer un territoire,
  • Créer à partir d’une proximité afin de s’assurer d’une connexion avec l’habitant,
  • Identifier les besoins,
  • Connaître les acteurs locaux,
  • Se constituer en réseau
  • Permettre une action commune,
  • Développer une vie associative,
  • Valoriser l’extra local citoyen

« Notre vie de quartier » serait, idéalement, un bulletin qui permettrait de restituer ces actions. Si tant est qu’elles aient été impulsées en amont par une politique locale de la ville et aussi lors des réunions plénières des conseils de quartier. Une vie de quartier reste une donnée subjective, car à partir d’où l’habitant situe son quartier? De sa rue, des endroits qui font office de repères? En fonction de ses déplacements, de ses transports en commun? Pourquoi le quartier Europe ne relève pas du quartier St Sever ? Pourtant, visuellement, on note qu’une division vient clarifier la chose. Le boulevard de l’Europe lui-même auquel est venu se greffer la ligne de Métro (Technopôle), une séparation qui produit de l’arrondissement plus que du quartier: Europe est isolé, par les voies au nombre de six (deux doubles sens voiture et un double sens métro) de Grammont.

 

BD Europe 1 mai RRG.jpg

Boulevard de l’Europe, Rouen rive gauche, 1er mai 2019, IPL

 

Notre vie de quartier ce n’est pas « ton quartier », ou « chez toi » , on s’adresse à un public cible large sans promouvoir un public dit jeune qui par ailleurs, possède une parole légitime mais inaudible. Nous pouvons d’ailleurs ajouter que cet outil qu’est le conseil, pourrait doter un quartier d’une éducation/formation de vie citoyenne. Tout le monde ne se sent pas « citoyen », ne s’imagine pas être en mesure de s’exprimer, d’être écouté, entendu. Un autre outil devrait voir le jour, un autre espace de parole en faveur et à destination d’une jeunesse qui peine à trouver des moyens d’expression dont elle pourrait s’emparer.

IL en va de même pour les personnes âgées, citoyennes, résidentes, habitantes dont la voix porte peu et qui demeure une population isolée. Elles, qui pour la plupart, ont passé leur vie, ici, pourraient participer à une transmission mémorielle et être ainsi d’emblée incluses.

 

Un outil démocratique sert à lutter contre l’isolement, à donner la parole à tous sans que les prises de paroles plurielles soient exceptionnelles.

 

Chacun de nous vit son quartier selon sa façon, avec ses attentes, ses plaisirs, déconvenues et ses volontés. Et c’est donc là que nous voyons les limites des conseils de quartier, trop centralisés, trop maintenus sous une coupe administrative. Un lieu où la parole ne semble pas à même de se libérer car celle-ci n’est pas encouragée de façon suffisamment diversifiée.

 

Faire creuset commun commence avec le principe qu’il ne faut pas cloisonner, réserver, donner la priorité à, pour ne pas favoriser, légitimer.

 

« Notre vie de quartier  » pourrait prendre d’autres formes, plus vivantes, moins organisationnelles, plus spontanées et donc plus légères, plus adaptées. La forme papier est en soi intéressante mais des initiatives avec le concours des réseaux sociaux pourraient voir le jour, des temps d’échange « moins municipaux » et plus citoyens sont à encourager vivement ailleurs, sur place, plus près des gens, et à des horaires en journée plus permissif pour certains publics disponibles. Créer de telle manière des plateformes, des liens réels et proches, le marché, le café du coin, le parc ou jardin de la ville, bref, varier les lieux, les prises de paroles, les temps d’échange et les contenus…

Le bulletin, la suite…

Poursuivons la lecture, arrêtons-nous sur les pages 6 et 7, après les focus, les portraits,  nous avons une pleine page qui amène avec elle, des remarques.

Screenshot_2019-06-16 Bulletin Grammont avril 2018 pdf(3).png

« Notre ville en grand » – Un quartier c’est, en soi, une « ville », au sens de territoire citoyen, d’espace habité. « Grand » s’oppose à « petit » et naturellement hiérarchise, attention à l’utilisation constante de ce niveau de langage, rien n’est plus prioritaire pour une personne que son quartier parfois bien avant sa ville.

Son lieu de résidence ainsi ramené à une échelle de grandeur, l’est aussi à l’aune d’une échelle de valeur.

…Notre quartier est petit, notre ville est grande, notre vie de quartier est petite par rapport….Ne pas établir de rapport comparatif permet une parole plus bienveillante et facilite une volonté commune.Ne pas entretenir de concurrence entre les territoires qui « bougent » et donc « plus enviables » et ceux qui peineraient à proposer des choses. Certains secteurs font face à des difficultés, ils viennent « de plus loin », sont confrontés à d’autres urgences. Il convient seulement de le rappeler et d’encourager ainsi les efforts pour souligner le chemin parcouru plus que se focaliser sur les résultats!

Une ville possède une histoire au regard de ses quartiers donc les respecter est un impératif. Et puis, ces deux pages servent la promotion de la ville, certes, il est question de projets citoyens mais quel est le rapport avec Cœur de Métropole, l’appel aux dons pour les Serres du Jardin des Plantes ? Savez-vous à qui vous vous adresser? A quelle typologie de population?

Puis, vient cette requête en forme d’appel, d’annonce qui commence par rappeler le nombre de conseillers et précise le rôle et les conditions d’accès:

  1. Proposer et formuler des avis,
  2. Réaliser, également, des consultations auprès des habitants, usagers, sur des questions de proximité
  3. Ils ont réalisé 80 projets
  4. Conditions: Plus de 15 ans, travailler ou  vivre à Rouen

Screenshot_2019-06-16 Bulletin Grammont avril 2018 pdf(1)

Enfin, la vie pratique et ses premières lignes qui n’invitent pas de manière symbolique à créer du commun:

Screenshot_2019-06-16 Bulletin Grammont avril 2018 pdf(2).png

Comment pouvez-vous vous imaginer créer du lien en plaçant, en 1ère information, le signalement de nuisances et les incivilités ?

Sur un pied d’égalité, puisque lisible au même endroit, au même niveau, vous indiquez la présence de votre conseil de quartier et vous le situer entre les incivilités et une invitation réelle à la délation et le ramassage des encombrants ?

Comment, le lecteur qui ne vous connait pas, vous perçoit-il selon vous ?

Quelle pertinence, quelle vision, quel effet cela produit, selon vous ? Vous êtes, au milieu, entre ceux qui viennent dénoncer ceux qui perturbent la tranquillité, qui « s’opposent » à la loi…Et le service de propreté. Vous vous installés entre la tranquillité et la propreté, un brin de provocation ?  De votre part ou de la notre ? Dans le même temps qui conçoit ce bulletin, est-ce la ville et quelle liberté est celle du conseil?

Toujours est-il que des questions devraient être « fouillées », « sondées » de manière interrompue:

  1. C’est quoi un conseil de quartier ?
  2. Et une vie de quartier?
  3. Cela se restitue de quelles manières ?
  4. Quelle est sa place réelle et symbolique ?

Un espace de parole se jauge aussi au regard de sa capacité à se remettre en question.

Biblio simone de Beauvoir Rouen.jpg

B comme bar et biblio, quartier Grammont, IPL, 2018

 

Compte-rendu de la réunion plénière 2019

7  février et 19 mars sont les dates à retenir pour ce compte-rendu. Le 14 mars 2019, s’est tenue une assemblée de la « Vie participative ». Premièrement, comme indiqué en amont dans l’article, tout le monde ne peut se gargariser d’avoir su développer une vie participative. Les quartiers ne se ressemblent pas, les habitants « subissent » parfois les spécificités du quartier au sein duquel ils évoluent. Nous apprenons que le projet porté par le conseil de quartier n’a pas été retenu et donc la suggestion naturelle tient en l’idée de se greffer à ceux choisis. Une bonne initiative, en soi, qui démontre une ouverture d’esprit et une capacité à faire avec d’autres.

Un projet sur site a vu le jour, il s’agit de la fresque Boulodrome (mur SNCF). La demande qui émerge tient en la publication dans le bulletin de la réalisation de cette démarche et une proposition de valorisation supplémentaire est formulée avec l’idée d’une inauguration.

Des difficultés au regard du nombre assez faible de conseillers n’empêche pas, par ailleurs, des thématiques tels que l’environnement et la biodiversité de voir le jour. Prochaine réunion prévue le 25 avril, nous sommes le 16 juin et toujours pas de document disponible.

A suivre…

Isabelle Pompe pour #sitespecific le 16 juin 2019.

 

 

 

 

 

 

Publicité

Les conseils de quartier Rouen rive gauche # 1

A Rouen, il existe un outil démocratique qui se nomme « conseil de quartier« . La carte du découpage des quartiers donne ceci à comprendre,  la rive gauche est représentée par trois « pôles ».

Screenshot_2019-06-12 L’actualité des quartiers Rouen ensemble

Rouen rive gauche se décompose ou se décline plutôt en trois quartiers (par ordre d’apparition sur la carte):

  1. St Clément /Jardin des Plantes
  2. Grammont- Europe
  3. Quais Rive Sud/Ile Lacroix/Saint-Sever

Depuis aujourd’hui, sur la page Facebook de Site Specific (@territoiresocial), vous pouvez découvrir ces informations: « Cette semaine, un focus en 4 temps sur les « Conseils de quartier » de Rouen rive gauche. Site specific a lu, hier, tous les comptes-rendus disponibles depuis Rouen ensemble

// L’idée étant de recueillir et d’analyser ce que proposent ces conseils et de poser une série de questions:

  1. Ces conseils de quartier,  sont-ils des outils démocratiques à même de faire « creuset commun » ?
  2. Qui prend la parole ?
  3. Est-ce qu’un conseil est un lieu propice à l’échange constructif ?
  4. Et qu’entendons-nous au sein de ces conseils ?

St Clement/ Jardin des Plantes

Pour le 1er quartier enquêté au regard d’une part, de son conseil puis des actions issues d’associations locales, notre attention s’est porté sur St Clement/Jardin des Plantes. Au sein de la rive gauche, le projet Site Specific porte un intérêt premier aux territoires sociaux, ce pourquoi St Clement fait parti intégrante de son espace de référence.

« Conseils de quartier # 1: St Clément-Jardin des Plantes dont voici le Bulletin du 1er semestre 2019 // Le quartier en images Saint-Julien- Saint Clément

darty 2.jpg

Maison rue Alexandre Barrabé 76100 Rouen

▟ Une 1ère question se pose: au regard des habitants, pouvons-nous dire que cette découpe territoriale est cohérente ?
// Malgré la proximité géographique, nous sommes sur deux quartiers distincts au regard de leur sociologie et de leur vie de quartier. Déjà, parce qu’ au sein du quartier St Clément, nous trouvons, entre autres, les immeubles « Verre et Acier » et aussi parce que les rues ne se « ressemblent » pas. // La rue St Julien offre une grande diversité de commerces, tout est sur place ou presque. Elle est animée, le quartier accueille des associations, des lieux d’entraides tels que la Fraternité, le Secours Populaire mais aussi des foires à tout et autres manifestations populaires. Et puis St Clément s’apparente davantage à un quartier populaire mais également pluriel, diversifié que ne peut l’être le quartier Jardin des Plantes. ►De plus, à la lecture du compte-rendu de la réunion plénière du 28 mars 2019 (dispo en ligne), il est fait état de points sur les budgets, les travaux, des questions et réponses diverses sont annotées mais hormis des dysfonctionnements très précis, nous ne voyons pas de questions de fonds du type:

  1. Comment créer les conditions d’une participation citoyenne ?
  2. Comment, à partir de nos habitants, de nos situations sociales, nous travaillons ensemble ?
  3. Entendons-nous ce que ce territoire « dit », « vit » ?

// L’idée d’un conseil, certes géographiquement plausible, trouve ses limites au regard des écarts très importants qui subsistent entre ces deux quartiers et ne peut donc refléter une parole équitable.

▒Habitants du quartier St Clément, prenez la parole autrement peut-être, trouvons une alternative pour une visibilité compréhensible.

  • Dites-nous, si vous avez rejoint ce conseil, quel retour d’expériences faites-vous ?

 

Verres et acier st julien.jpg

Rien ne bouge, Verre et  Acier – Pépinières- le 11 juin 2019, IPL

Réunion plénière du 28 mars 2019

L’image contient peut-être : texte

Capture d’écran issue de la réunion plénière

 

L’association du quartier Poterat St Clément a publié un compte-rendu suite à leur rencontre avec le maire de Rouen le 15 mai 2018 qui laisse, entre autres, apparaître les propos suivants de la Mairie : « Concernant le terrain des Pépinières, il appartient à Rouen Habitat.La destruction et le désamiantage coûtent très cher (10 millions d’euros). Pour le moment, le budget disponible est insuffisant. Il y a avait 750 logements sociaux sur cet emplacement. À l’avenir, ils devraient être remplacés par 450 logements. Une solution doit être trouvée dans l’année, les plans et les constructions suivront dans les années suivantes. « CR du 15 mai 2018 – Mairie de Rouen

rue st julien 11 juin.jpg

Fresque du quartier rue St Julien

 

A suivre, le conseil de Conseil de quartier St Sever,

Isabelle Pompe pour #sitespecific le 12 juin 2019.