Clean walk # 2 – Atelier specific # 3

En janvier, deux rendez-vous ont été programmés. Dans la suite du ramassage solidaire de déchets sauvages organisé le 6 octobre 2019, une 2ème collecte, pour Petit-Quevilly, eut lieu le 12 janvier dernier : Action ‘Specific # 2 Clean Walk

Après avoir lancé l’évènement sur la page FB de #sitespecific, nous avons eu l’idée de poster celui-ci depuis le groupe Clean Walk Rouen afin, d’au moins, lui assurer une visibilité ne serait-ce que locale. Cette clean walk fut ensuite relayée au niveau nationale par Clean2gether FB

Le site choisi était le square Marcel Paul, situé juste en face de l’école Chevreul – Gay et tout à côté de la station de métro « Place du 8 mai » ligne Georges Braque. Le relai et autres partages, depuis Facebook et blog, ont permis de toucher 2600 personnes.

Screenshot_2020-01-23 Action' Specific # 2 Clean Walk

Capture d’écran évènement FB

Avec 39 réponses et une relance auprès des personnes indiqués « intéressés », seuls 3 personnes ont fait, dans les faits, le déplacement.Une interrogation demeure toujours, comment donner envie de participer. La commune de Petit-Quevilly est peut-être encore trop peu habituée à voir ce type de de projet. Le réseau de #sitespecific peine à mobilier sur ce territoire, qui plus est un dimanche matin mais soit, il convient de persister encore… L’important ne se situe pas là, ce qui compte c’est que cette manifestation ait été vu par des quevillais, rouennais, répertoriée au niveau national, relayée par la maire elle-même…

Screenshot_2020-01-23 Site specific - Accueil(1)

Elle s’inscrivait dans les 26 collectes, ce qui permettait de souligner que le département de la Seine-Maritime proposait 2 clean walk à l’instar des Yvelines et de la Haute-Garonne.

Screenshot_2020-01-23 Satie Duchamp

Capture d’écran référencement week-end 11/12 janvier 2020 Seine-Maritime

Nous avons effectué un ramassage scrupuleux constatant la présence de beaucoup de canettes, de bouteilles en verre, de vêtements, d’objets, de nombreux de papiers plastiques (emballage), de mégots (une bouteille d’1,5 litre pleine) mais déplorant également un grand nombre (environ une trentaine) de petites cartouches en métal – (protoxyde d’azote). (Fait rapporté à la Madame Le Maire).

Le protoxyde d’azote, un gaz hilarant qui ne fait pas du tout rire les médecins 

Le 13 janvier 2020, en Belgique, Bruxelles, la vente de protoxyde d’azote bientôt interdit

« La possession et la consommation de protoxyde d’azote à des fins récréatives sera bientôt interdite dans l’ensemble des communes de la capitale, a annoncé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS). Selon M. Close, le règlement général de police commun aux 19 communes interdit désormais d’utiliser ou de posséder à des fins récréatives certaines substances dangereuses comme le gaz hilarant. »

Screenshot_2020-01-23 Site specific - Accueil

Du tri, encore du tri…

Suite à ce ramassage et après échange avec les participants et habitants, l’idée fut de créer un groupe public FB pour échanger et discuter des dates, des lieux afin de motiver des personnes, localement, à nous rejoindre.

Groupe public Specific Clean’

Après sondage, la prochaine Clean Walk sera organisée le 23 février, le site concerné sera le parc des Chartreux de Petit-Quevilly.

Lors de notre  atelier « l’Arbre en ville »  du 1er septembre 2019, nous avions fait un travail sur le ressenti des espaces verts, notamment ce parc qui reste sous valorisé.

Lien FB évènement Clean Walk # 3

ACTION SPECIFIC # 3

Atelier compost’

cropped-affi-atelier-compos-1.jpg

Cet évènement programmé dès décembre s’est vu relayé depuis plusieurs espaces, les pages FB gérés par les deux invités: Julie Daniel (référente des composteurs collectifs installés rue des Chartreux) et Jacques Campion (guide composteur). La volonté de cette manifestation: sensibiliser aux bons gestes, aux bonnes pratiques, expliquer le fonctionnement d’un composteur, valoriser le tri…Beaucoup de travail, il est vrai et de pédagogie, il n’empêche que notre présence sur le site a permis de distribuer des bio seaux, d’échanger avec des voisins, des curieux, interpellés par notre présence et par ces deux gros « bacs » en bois.Il est très important de faire comprendre ce qui se compost et comment, les matières compostables et surtout inciter à réduire ses déchets.

Screenshot_2020-01-23 Site specific - Accueil(4)

Post FB de rappel

Cet atelier a touché un public assez large en termes d’audience FB, c’est ce qui compte également car plus l’initiative est vivante, plus elle suscite des questions, donne envie…#sitespecific s’était donné pour mission de faire se rencontrer deux personnes aux méthodes proches et qui expérimentent les composteurs collectifs avec vigilance.

Screenshot_2020-01-23 Action' Specific # 3 Atelier Compost'

Capture d’écran statistique event FB

Une fois sur place, en direct, les chiffres restent toujours très différents au même titre que l’âge des cibles. Cependant, ce type d’initiative est une manière de valoriser une requête citoyenne entreprise par une habitante de la commune. Voici l’appel à projet auquel cette dernière a répondu

C’est donc une démarche tri partite qui débuta par des échanges, le plus souvent en porte à porte entre cette quevillaise et son quartier, les habitants de sa rue. Puis, une demande d’autorisation fut faite à la commune afin de placer les composteurs. Et enfin, l’intervention de la Métropole Rouen Normandie qui assura la livraison et l’installation d’une partie des bacs, les bio seaux et une mini formation lors de la soirée d’inauguration fin novembre 2019.

Ce qu’il ressort de cette Action’ Specific # 3 ?

Il semble cohérent d’effectuer une présence régulière sur le site afin de prodiguer les bons conseils. De donner à cette initiative la possibilité de pérenniser dans les meilleures conditions possibles et pourquoi pas, imaginer le déploiement de composteurs collectifs sur d’autres quartiers. Créer les conditions, encore et toujours…

C’est donc avec une rentrée 2020 tournée vers l’extérieur que #sitespecific poursuit son travail de terrain. Deux RDV en Févriers sont prévus, l’un, comme nous l’avons indiqué en amont: la collecte solidaire de déchets sauvages et le 2ème viendra questionner le Parc Kennedy de Petit-Quevilly au regard des rôles et fonctionnalités des espaces verts publics…

Screenshot_2020-01-23 Site specific - Accueil(5)

Parc Kennedy, Petit-Quevilly, décembre 2019

#sitespecific avait été contacté en octobre dernier par une association afin de réaliser un atelier specific sur ce parc. Indisponible sur la période, une date n’a pu être reprogrammée depuis. Toujours est-il que cet espace a fait l’objet d’une concertation citoyenne et six projets ont été proposés à la mairie de la commune, deux seront retenus. Une affaire à suivre donc…

P1160111

Parc Kennedy, Petit-Quevilly, décembre 2019

 

Publicité

L’image voulue

S’installer quelque part apporte des précisions sur nous-mêmes. « Je suis liée à l’endroit où je réside, je suis dépendante de ce territoire par rapport à ses services, à ses transports et à son image. Ma vie personnelle et professionnelle commencent voire recommencent avec cet endroit. Son image sert-elle la mienne?  Et cette rive gauche est-elle à notre image ?

Nous nous sommes déjà penchés sur cette notion d’image voulue en analysant, au fil de nos articles, les stratégies territoriales de certaines communes de la rive gauche et de la Métropole Rouen Normandie qui les assemblent. Les objectifs semblent clairs, les futurs résidents sont vivement souhaités et attendus car notre territoire assiste à la fuite des ses habitants. Pourquoi ? Un défaut d’attractivité a été pointé, un bassin d’emplois peu diversifié également, la faute à la pétrochimie ? Une trop forte proximité avec Paris est, souvent, un argument repris.

 

J’ai travaillé et ai résidé à Paris pendant près de 15 ans. Durant ce temps, je ne connaissais pas Rouen et il ne me serait pas venu à l’esprit de m’éloigner, de faire autant de distances, j’ai privilégié la ville elle-même quitte à sacrifier mon espace de vie: petit mais sur place.

 

Il demeure pressant, aujourd’hui, de sortir d’une oligarchie qui a causé un repli dangereux pour ce territoire. Cet espace de référence peine à être visible ? Cela vous étonne ? Peut-être était-ce un souhait politique premier que de rester dans cet entre-soi local, sans se dire qu’un jour ou l’autre les populations, l’espace lui-même seraient en difficulté.Ce processus inopérant s’est montré très efficace paradoxalement. Plus on se tient éloigné des citoyens, moins on accède au partage. Plus on ne tient pas compte des attentes, des besoins, plus on crée les conditions de l’exclusion dans tous les sens du terme. Exclure c’est être exclu à son tour un jour ou l’autre.

Dynamiser, galvaniser sont des actions qui prennent appui, tout d’abord, sur la considération d’une parole sans se substituer à elle. A laisser faire, laisser courir, nous ne sommes plus en capacité de retenir. Alors, qui est resté ? Ceux qui n’avaient pas le choix ? Sincèrement ?

Screenshot_2019-06-17 Dans la compétition des métropoles, Rouen peut-elle s'imposer (1)

Comment passer d’un endroit dont peu parlent, d’un recoin à une ouverture aux quatre vents ? Comment l’espace de relégation devient-il « la » destination choisie ?  Il y a de très grands pas à faire mais les changements de postures peuvent avoir un impact considérable. Repenser son comportement politique pour décloisonner, sortir de ce postulat de seul décideur. Insuffler, permettre, créer des espaces où les regards viendraient d’horizons diversifiés.

 

Entendre c’est déjà respecter.

 

Mais encore faut-il se saisir de ces bouleversements sociétaux pour penser cette situation comme une opportunité et ouvrir une interrogation sur les qualités de ce territoire, les manières d’y vivre c’est-à-dire comprendre, enquêter et analyser les raisons de sa désaffection.

Puis, écouter ceux qui résident, ceux qui produisent des ressources. Les habitants ont un vécu fidèle avec la rive gauche et leurs raisons ne sont pas qu’économiques. Entendre ce que disent ces personnes auraient du prendre forme antérieurement, ce sont eux qui font l’histoire de cet espace. De plus, déterminer l’attractivité fait appel à ce que le territoire propose comme possibles, que permet-il ? Que met-il à disposition?

Ne pas prêter l’oreille revient à renvoyer aux visages de ces vies de résidents qu’elles sont sans importance et que la population suivante sera, de facto, plus intéressante. Cliver en restant sourd semble être un geste politique qui n’a pas encore tout saisi aux transformations sociétales auxquelles nous assistons.

Il faut composer avec et non pour les gens.

 

Cependant, l’impression, que laisse ce renouvellement urbain rive gauche, s’approche de la bousculade, de la gestion de crise. En effet, pour satisfaire les nouveaux arrivants, c’est-à-dire pour satisfaire une projection objectivable en termes de logements, des travaux, des immeubles sont en cours de réalisation. En plus de scléroser un peu plus le paysage, de créer ex-nihilo ou de détruire, ils ont accru des gênes (bruits, poussières, propreté des chantiers…) et une pollution de l’air. Prenez le temps de consulter le rapport d’étude publié par Atmo Normandie . De  surcroît ne l’oublions pas, les citoyens sont de plus en plus exigeants quant à leur qualité de vie, alors, avec la pollution de l’air résultante de la présence de la Sud III à Petit-Quevilly, par exemple, les choses se compliquent…Le diagramme ci-dessous révèle que le seuil limite est largement dépassé!

Screenshot_2019-06-28 Evaluation de la qualité de l’air ambiant à proximité du trafic sur le territoire de la Métropole Rou[...](1).png

Capture d’écran sens de lecture modifié page 20 du rapport publié par Atmo Normandie

Aujourd’hui, les sol se parent d’immeubles, la place faite au béton ne cesse de croître, les arbres tombent, les quartiers changent et c’est la radicalité qui l’emporte. Ce n’est pas en mettant des gifles à un quartier que les choses deviennent séduisantes. En quoi cela participe à donner un sens commun à une action politique, d’ailleurs, en quoi une décision locale a quelque chose de commun avec les populations ? Ici, rien ne va plus.

 

Croisemement sans arbre IPL.jpg

Nature morte, Petit-Quevilly & Rouen avenue de Caen, rive gauche, IPL, juin 2019

 

#sitespecific se fait l’écho de ces constats alarmants, de ce désordre urbain qui galvanise les souffrances de ce territoire social: les cadres de vie sont enlaidis, sauvagement abimés, les espaces sont lacérés par des bandes de rues, d’avenues, de routes…Que faire ? Changer notre attitude.

 

Nous ne faisons pas usage de la ville qui nous voit vivre, nous sommes ses habitants. Personne ne viendra sur un territoire sinistré car le « tout béton » c’est la fin, la mort assurée.

 

#sitespecific existe factuellement depuis désormais quatre mois mais depuis de mon arrivée, ici, je réfléchis à comment valoriser, comment mieux traiter cette rive et ses habitants, comment ? En restant vigilante, en étant une observatrice concernée et aguerrie de la vie de mes quartiers, de ma commune et de celles qui l’environnent.

 

Avenue JJle drame IPL.jpg

Drama, Avenue Jean Jaurès, Petit-Quevilly, Rive gauche, juin 2019, IPL

 

Ce Projet est le fruit de constatations et de remarques, de prises de pouls. Il est l’enchainement naturel d’un travail de recherche entrepris pour la rédaction d’un mémoire universitaire. Ce dernier est la digression d’un autre mémoire engagé en 2016 qui concernait la rue comme patrimoine mémoriel. Ces requêtes sont un écho à des recherches impulsées depuis des années car tout lieu de vie se suffit à lui-même pour initier une investigation exigeante.

La rive gauche se voit dotée d’un patrimoine matériel et architectural exceptionnel, le seul qui soit le plus régulièrement mis en valeur c’est l’Atrium, ancien pôle régional des savoirs. Figure luxueuse, il trône sur ce boulevard de l’Europe et crée un angle avec la rue St Julien. Il est cette arrière base majestueuse certes mais où est la diversité ? Où sont les autres patrimoines ?

de la sophistication d.jpg

De la sophistication, rive gauche quartier st clément, Rouen, IPL, 2019

 

#sitespecific est indépendant, fruit de constats. Ses rencontres prennent des formes variées pour permettre un échange simple, offrir des possibilités, donner de la voix à une rive qu’on entend guère. Ce projet possède des valeurs. Elles résultent toutes d’un état d’esprit fair-play qui ne cherche pas le combat, n’évolue pas dans des sphères politiciennes. Il n’a pas d’image à soigner, de blason à redorer. L’image qu’il souhaite donner c’est celle de la restitution.

Que la modernité de la rive gauche soit vue, que sa capacité à vivre en dehors des clous soit comprise, qu’elle soit reçue comme un territoire vivant ni astreint au résidentiel ni à l’éloignement. C’est un espace qui, à force d’être mis dans l’oubli, se révèle être en mesure d’ être indépendant.

Les approches du projet parfois surprennent car il croit en la pertinence du terrain, en la proximité parce que cette rive, c’est elle qui l’a reçu, qui l’a invité hier à rester.

 

La foudre drama IPL dr.jpg

Avenue Jean Jaurès une période sombre, Petit-Quevilly, rive gauche, juin 2019, IPL

 

 

Parler de ce qu’on connait non pas sur le papier, ni par le biais de recherche mais de ce qu’on pratique au quotidien, c’est cela, une parole citoyenne. Le projet n’investigue pas comme le ferait un porte parole, il produit à partir d’un construit. De ces endroits où il s’inscrit, il suit des traces, prend des chemins réflexifs mais il ne souhaite pas créer d’ascendance. Et curieusement c’est cela qui déroute. Comment être fédérateur ?

 

IL n’y a pas de solution miracle, mais il semble évident que nous portons des paroles oubliées. Que des espaces permissifs à ces échanges n’existent guère ou alors à nous de nous les (ré)approprier. Ce projet c’est tout d’abord une façon de reposer la question d’une visibilité non autorisée.

 

Les prochaines rencontres se produiront dans des lieux publics. Privilégiant les espaces verts parce que proche, gratuit, ouvert à tous. #sitespecific confirme que les prises de paroles se doivent d’être simplifiées en termes d’accès. Pas de locaux fermés, pas de bar/Café où il faut consommer, organisons-nous à partir de ces endroits, cadres que nous croisons au quotidien. Essentialiser nos entrevues en les leur donnant ce caractère courant s’avère décisif.

Par le passé, cette rive et ses remparts rouennais, comme nous aimons à les appeler, faisaient l’objet de carte postale.

 

Je ne sais pas si vous mesurez la fierté architecturale qui se dégage de cette vue prise depuis la tour de la sécurité sociale (Architecte Tougard). Cette merveille rouennaise d’où est offerte cette vue a fait l’objet d’un temps d’étude architectural lors du 1er rallye ‘Specific (29 juin 2019).

Le 1er article concernant le rallye vient de sortir: S’émanciper de son invisibilité

Isabelle Pompe pour #sitespecific, 02 juillet 2019.

C’est quoi un projet de recherche?

bjorn lie

Crédits Bjorn Rune Lie

Site specific questionne le Territoire social et les Risques technologiques.

C’est, aussi, un projet de recherche.

Il est, à ce jour, en phase évolutive. Il se développe, chaque jour, grâce à des articles et des pages sur ce site. Vous pouvez le suivre, ici, en vous abonnant et là: page FB Site specific

Il se construira en différentes phases:

  • Les recherches, consultations d’archives, mises à disposition d’informations, de documents concernent la 1ère phase, celle qui m’occupe aujourd’hui et, ce, depuis févier 2019.
  • les rencontres avec une diversité d’acteurs.

L’idée est d’ouvrir le champ d’investigation en multipliant les angles de vues, qu’ils soient associatifs, services municipaux, collectivités, experts, universitaires… Et bien sûr, ensuite, les habitants.

  • Dans un temps très proche, je vais questionner des universitaires afin de recueillir leurs impressions, regards, réceptions et leurs conseils pour concevoir la partie technique de ce projet.
  • Puis, je vais lancer une enquête de terrain élaborée à partir de questionnaires et d’entretiens (je reviendrai sur ce qu’il faut comprendre par ces termes).

A ce jour, je ne sais pas quelle forme prendra ce projet, une association, une thèse de doctorat…

En attendant de m’avancer davantage, abordons la définition de Site Specific, au regard de sa forme actuelle.

 

Qu’est-ce qu’un projet de recherche?

Plusieurs définitions sont disponibles en ligne

« Exercice qui permet d’ adopter une démarche réflexive. Réécrire le projet à plusieurs reprises, à mesure que la recherche avance, permet de l’étoffer, de le préciser et, souvent, de réorienter l’approche initiale. » Source

« Un projet de recherche est un procédé scientifique visant à obtenir des informations et à formuler des hypothèses sur un phénomène social ou scientifique donné.

  • D’une manière globale, notre « phénomène » en question concerne les notions de territoires « vécus » voire « subis » et les possibles inégalités d’expositions aux risques technologiques en fonction de notre territoire d’habitation.

La première démarche consiste à exposer le problème tout en formulant le phénomène à rechercher. »

À la démarche suivante, il est nécessaire d’établir les objectifs, c’est-à-dire, de stipuler ce que l’on souhaite savoir par le biais de la recherche.

Ensuite, c’est au tour de l’hypothèse, qui est formulée en tant que théorie devant être vérifiée au cours du projet de recherche. Le chercheur doit prévoir la justification, qui consiste à indiquer les raisons qui mènent à l’étude du problème.

Le cadre théorique et de référence dans un projet de recherche correspond à l’inclusion de citations et d’exemples d’autres recherches. Il sert de référence générale du sujet (ou thème) devant être étudié, comprenant des données qui permettent de le comprendre plus facilement.

 

Le travail de terrain et nous

Puis, lors du travail de terrain, le but est de recueillir des données quantitatives (questionnaires par exemple) et qualitatives (entretiens…) du sujet.

C’est à vrai dire le moment majeur de la recherche au cours de laquelle sont menés des expériences, des tests ou, si besoin, des enquêtes afin d’obtenir des informations.

C’est ici, lors de recueils de témoignages, de récits de vie d’habitants, d’anciens habitants, de salariés, d’anciens salariés, que nous nous rencontrerons.

A cette occasion, via la page Facebook de Site Specific, nous organiserons des évènements tels que des rencontres, des terrasses Specific’ à Rouen et dans son agglomération.

A ce titre, je me tiens disponibles, depuis la page FB mais aussi par mail à: territoiresocial@gmail.com, pour répondre à toutes vos questions. Je suis en constante recherche d’archives et de témoignages.

Cette démarche se construit avec vous, à partir de vous. Votre récit, votre parole, votre histoire possèdent une grande valeur à mes yeux.

Les éléments, les restitutions d’entretiens sont tous confidentiels dans les sens où ils seront anonymés.

Je reviendrai, dans un prochain article, sur l’enquête en sociologie.

 

Merci pour votre intérêt et participation,

 

Isabelle Pompe, 21 mars 2019.