Territoire extra-local & Environnement

Dans le chapitre « Territoire social & Observations citoyennes », #sitespecific va se pencher sur notre environnement. A partir des moyens démocratiques qu’il met en œuvre comme la mise à disposition d’informations vérifiées, la transmission, le relai des bonnes pratiques et la veille des outils existants mis en place par les collectivités, #sitespecific propose des portes d’entrée diversifiées vers les problématiques sociétales et environnementales qui nous impactent directement depuis notre territoire extra-local. Ces items sont abordés lors des rencontres informelles comme les Terrasse’ Specific, Rallye ‘Specific et autres Ateliers ‘Specific.

Jardin carré 2.jpg

Jardin de la Chartreuse St-Julien sera examinée, in-situ, lors de l’Atelier’ Specific #1 au regard de plusieurs thématiques.

Entendre ce que dit le territoire

Notre espace de référence, la rive gauche, s’ancre dans une région fortement marquée par des conditions climatiques spécifiques. Nous ne pouvons plus ne pas activer ni ré-activer les ressources que ces spécificités expriment. Ne subissons plus notre pluie, notre brouillard et notre vent! Lorsque cela est possible, repensons nos espaces de partage citoyen.

  • Depuis les lieux insuffisamment inexploités

Beaucoup de lieux pourraient être davantage exploités, comme la place des Emmurés à Rouen pour l’organisation de temps d’échanges et la mise en place d’une programmation cultuelle, sociétale, environnementale proche des habitants. Mais aussi combien de lieux, dans l’espace public, sont inadaptés parce qu’ils se présentent comme des espaces mal desservis, des plaines vides, sans arbre producteur de convivialité et d’ombre etc… Il est temps de cesser de regretter et de trouver la météo capricieuse, alors offrons-nous des choses! Listons ensemble les possibles qui s’offrent à nous et que nous pourrions autrement investir. Dans chaque commune de la rive gauche demeure cette inconnue, méconnue ou sous- utilisée qui ne demanderait pas mieux d’avoir des vies multiples.

  • Depuis les évènements, manifestations

Nous ne pouvons plus envisager d’évènements sans penser à la pluie. Ceux qui ont lieu en plein air devraient intégrer, pour assurer le confort aux publics qui ont fait le déplacement, un impératif: donnant -donnant. Les gens sont venus vous voir, alors respectez cette initiative et instruisez dans vos démarches, les conditions optimum pour les accueillir dignement.

De même lors de périodes de fortes chaleur, pensez aux éléments nécessaires pour pallier à ces expositions subies qui peuvent engendrer des malaises, voire un renoncement au déplacement. Les personnes se sont dirigées vers vos propositions de sorties (culturelles, touristiques), faites attention à les recevoir en prévoyant une gestion des flux opérationnelle, des zones de rafraichissement et/ou d’ombre avec de quoi remédier à la fatigue engendrée par cet épisode météo, par cette station debout prolongée. D’une manière générale, les bancs au même titre que les toilettes sont à revoir en France au regard de l’égard porté aux publics…L’Armada et sa dernière édition du 6 au 16 juin 2019 n’a pas suffisamment considéré ses équipements et ses services (gestion des flux, commodités payantes, parkings aux tarifs élevés, très peu de propositions pour s’asseoir (l’impératif du attendre debout n’est pas acceptable aujourd’hui lorsque l’on se targue d’être un évènement de grande envergure). Ont été à déplorer également le peu d’espaces non privatisés ( pour manger, boire, se reposer) et une sous-utilisation des environs (Chai à vin et toutes les coursives situé quais rive droite de la manifestation).

Manifestation populaire armada.jpg

L’Armada et sa typologie de public, observée par #sitespecific, IPL, 15 juin 2019

Il en est de même pour La Friche Lucien. De par l’étendue en nombre de mois, de sa programmation, celle-ci devrait réfléchir plus précisément à comment recevoir malgré la pluie en installant des tentes et autres bâches de protection par exemple.

Des efforts encore à faire

Les manifestations doivent prendre en charge le respect de l’environnement dans le traitement de leurs déchets (tri), dans l’interdiction qui s’impose à elles d’avoir recours aux plastiques, d’utiliser des supports bio dégradables et de veiller à leur impact carbone, en veillant à la mise à disposition d’un accueil efficient des transports doux (vélo, skate…) et en privilégiant le recours aux transports en commun. La Friche Lucien a été interpellée sur ces sujets lors d’un post FB du mois de juin. Là, encore l’Armada a très peu prisé le recours aux vélos en ne mettant pas à disposition des parkings/garages spécifiques. A partir d’un point d’étape (ici consécutif à une fermeture, un post FB de la Friche Lucien du 10 juin 2019), voici ce que disent les porteurs de projet eux-mêmes

  1. Ce sur quoi ils ont fait/produit des efforts
  2. Là où ils ont été vigilants

Screenshot_2019-06-16 La Friche Lucien - Publications.png

Screenshot_2019-06-16 La Friche Lucien - Publications(1).png

Screenshot_2019-06-16 La Friche Lucien - Publications(2).png

  • Depuis les éléments naturels

Ne nous focalisons pas sur les tempêtes et sur notre vulnérabilité face à elles, toutefois,  interrogeons-nous sur comment mieux vivre cet inévitable climatique qu’est le vent. Vivre avec les éléments est notre priorité. Mal identifiés et relativement peu prévisibles, les dangers de ce dernier sont souvent minorés, concentrons -nous sur les bénéfices que cette contrainte produit. Elle nous invite à changer de regard sur notre habitat, nos structures, nos architectures, notre rapport au « plein air ». Il nous faut tirer parti de cette ressource et nous adapter.

Pour montrer que l’on peut chercher à vivre avec ces éléments météorologiques et non plus contre eux: « la résilience peut s’effectuer en tirant parti des phénomènes climatiques, comme nous le prouve le projet prospectif de réaménagement des berges de Manhattan intitulé « Big U ». Cette promenade composée d’une végétation brise-vent qui la protège de la forte montée des eaux propose d’adapter ses activités en fonction des phénomènes climatiques. Source

Le vent, pourrait être producteur d’énergie, pourquoi la ville comme la métropole ne se servent pas de ce formidable élément naturel!Combien de scientifiques et de projets travaillent sur ce sujet!

De même pour la pluie, pourquoi ne pas repenser nos démarches collectives et nous convier collectivement à récupérer et conserver cette eau…Rouen serait 10 ème au classement des 10 villes les plus pluvieuse de France…. »Avec 790 mm de pluie par an, Rouen fait certes moins bien que Biarritz ou Brest, mais reste cependant une ville associée aux bottes en caoutchouc et aux parapluies ! »Source

Et pourtant d’eau, nos villes de demain en ont besoin, il est donc plus que vivement recommandé de sortir de l’individualisme sur ce sujet car l’eau fait partie des 3 principes de l’urbanisme durable qui vise à lutter contre les îlots de chaleur urbain (ICU) Source

Les collectivités doivent avoir une politique plus ambitieuse de leur gestion de l’eau et encourager les habitants à ne pas gaspiller, à considérer cet élément vital comme un bien précieux en impulsant des actions de sensibilisation contre le gaspillage, il en va de même pour nos énergies.

 

Canicule & îlot de chaleur urbain

Des périodes de fortes canicules ont touché notre territoire les étés précédents, au même titre que des pics de chaleur sont également recensés sur des périodes non habituelles. Nous sommes confrontés au réchauffement climatique, ce, de manière spécifique, en raison de nos espaces urbains. Que cela soit à Rouen ou sur sa proche couronne, là où la densification de population et d’activités reste fortement marquées, le problème reste donc le même. Nous regarderons cela à l’échelle d’un quartier, celui de Saint-Sever depuis ses récents travaux d’aménagement.

ICU

« Un îlot de chaleur (ICU) est caractérisé par une température de surface ou de l’air plus élevée en zone urbaine qu’en périphérie de la ville. Cette différence de température peut être de plus de 12°. Les îlots de chaleur peuvent également désigner une zone à l’échelle du quartier où l’on observe une température plus élevée.

Mais les îlots de chaleur urbains ne sont pas une fin en soi. Il existe bien des solutions pour lutter contre leur formation et ainsi agir sur la qualité de vie en milieu urbain. Cette révolution trouve son essence dans la façon d’aménager la ville et les solutions techniques à disposition aujourd’hui.

Les bénéfices de ces stratégies de la ville durable s’observent à plusieurs niveaux : environnementaux, sanitaires, esthétiques et qualité de vie. »Source

La stratégie de ville qu’a opéré la Métropole Rouen Normandie avec son  » cœur de métropole », au-delà des discours politiques, impose un arrêt et une observation précise.

  • Travaux St Sever
St Sever et la lumière.jpg

Saint-Sever en Eglise et Plomb, IPL, juin 2019

Ses travaux ont été le fruit de différents axes de « développement » du quartier, d’une part lui redonner « peau neuve »  en écho aux travaux entrepris dans le centre commercial. De plus, « ne pas oublier la rive gauche » selon Frédéric Sanchez Source pour le projet « Cœur de Métropole » impulsé par la Métropole Rouen Normandie et d’autre part, engager une refonte de la perception en termes d’images, de la rive gauche et son artère première, symbolique et plurielle: St Sever (sa rue, son quartier, son centre commercial, sa mairie annexe, sa MJC…).

Nous vous rappelons que les travaux de la rue St Sever, entrepris fin 2017, ont eu un coût de 1,7 million d’euros, financés par la Métropole Rouen Normandie (avec une participation de fonds européens, à hauteur de 40 %). Ils ont déclenché, également, des conséquences sur l’économie du quartier même s’il a été précisé que la rue était piétonne, il n’en demeure pas moins que l’accès rendu quasi impossible aux hôtels du quartier par exemple, a porté durablement préjudice à ces derniers.

La rue et ses travaux donnaient cela à voir, pendant plus d’une année:

saint-sever-travaux-rouen-854x569.jpg

Photo du journal Actu 76 – Source

Une rue impraticable, d’où sont tombés les arbres, les marronniers roses (au centre de la rue), et où, entre le bruit, la poussière, il était très difficile de se promener, de consommer, de s’arrêter à une terrasse bref, de soutenir économiquement le quartier. Ces travaux ont été subis par les habitants du quartier, par les commerçants et ont engendré des difficultés de trésorerie qui semblent aller de soi. Un mauvais moment à passer qui prit le temps de s’arrêter…

Revenons, un instant sur cette notion d’image, de cadre de vie. Les éléments de réponse de la métropole pour justifier son projet d’aménagement tiennent en : « apporter de la lumière », refaire les canalisations, repenser le « sol » (pavage, dallage), ré-introduire la nature en ville et offrir un nouveau mobilier urbain. Cela en écho avec les travaux entrepris sur la rive « d’en face » tels sont les mots employés.

  1. La lumière ? En enlevant les zones ombragées qui apportaient un charme à la rue et qui permettaient à la population de s’asseoir et de respirer un peu, la Métropole, avec cet aménagement urbain, a mis la rue à la disposition du soleil.
  2. Le choix des arbres ? Ce n’est pas à l’aune des allergies que nous répondrons mais tout simplement au regard de la fragilité des arbres jeunes lorsqu’ils viennent d’être plantés et donc de l’attention naturelle qu’ils méritent mais également par rapport à leurs systèmes racinaires.

Bouleau Versus Marronnier rose

Alors qu’une bataille semble s’être engagée entre deux espèces d’arbres, hormis le critère esthétique et le fait que les marronniers étaient arrivés à maturité, essayons de voir si différences et explications implacables il existe:

Le bouleau a une croissance rapide. Le Bouleau pubescent supporte le froid jusqu’à -40° (zone 3). Le Bouleau verruqueux supporte le froid jusqu’à -23° (zone 6). Sa Durée de vie est estimée à 100 ans. En tant qu’espèce pionnière, le bouleau ne vit pas vieux.  Ses Racines sont traçantes. Elles s’étalent loin du tronc : ne pas planter de bouleau près d’une canalisation ou d’une terrasse.Source

Le Marronnier, quant à lui, a une Rusticité de type zone 6 (il supporte le froid jusqu’à -23°). Sa durée de vie est estimée à 200 ans soit le double de celle des bouleaux. Habitat : essence de lumière (héliophile), le Marronnier est planté dans les parcs et jardins. Mais il souffre de la pollution urbaine et de la sécheresse. Sa taille maximale est de 30 m, sa croissance est, elle-aussi, rapide. Source
Donc, alors que les racines du bouleau sont problématiques, c’est lui qui a été choisi. Les canalisations ont été refaites, vous vous souvenez…

Le mobilier urbain plébiscité par la Métropole, prône l’absence de banc et ne revêt aucun confort comme vous pouvez le voir sur la photographie « Saint-Sever en Eglise et en Plomb » réalisée en juin 2019. Des cubes, bas, sans dossier qui ne permettent pas aux  personnes de se poser très longtemps, de s’approprier les espaces publics ni aux « joueurs », tels que je les ai nommé de s’installer, de donner de la « vie » à la rue principale de ce quartier.

 

Les joeurs en Juin.jpg

Les joueurs des espaces de relégation, St-Sever, juin 2019, IPL

 

Les autres villes et leur réponse à la montée des température

Rafraîchir les villes, des exemples:

  • Réintroduire la végétation en ville grâce à la trame verte
  • Ouvrir les espaces pour éviter l’effet de canyon urbain
  • Recourir aux revêtements de sol perméables
  • Choisir les matériaux selon leur albédo
  • Aménager en tenant compte des vents et du soleil
  • Cool-roof (revêtement de toiture blanc)Source

Albédo: l’indice de réfléchissement d’une surface en fonction de sa couleur mais aussi de sa texture et porosité. Valeur comprise entre 0 et 1 : un corps noir a un albédo nul car il absorbe toute la lumière incidente et un miroir, un albédo de 1 car il réfléchit toute la lumière incidente.

« Dans les villes, les surfaces asphaltées et les habitations denses interceptent les rayons du soleil et emmagasinent la chaleur. « Source Le Monde

La France est en effet régulièrement touchée par des épisodes caniculaires, comme nous l’avons précédemment écrit, la ville de Rouen et sa métropole souffrent également de ces situations qui sont amenées à se reproduire au point de perdre leur caractère exceptionnel. Les communes, en raison de leur aménagement urbain, ne parviennent peu ou pas à se refroidir la nuit. Pour endiguer ce phénomène, les villes adaptent leur PLU (Plan Local d’Urbanisme) à ces cas de figures. Des réponses plurielles sont apportées comme la construction de villes plus aérées, des efforts sur les « matériaux utilisés dans le revêtement des sols avec des propriétés optiques et thermiques favorisant la rétention de la chaleur par le tissu urbain »… La température des villes croît avec son activité humaine, les villes les plus peuplées pourraient voir leur température grimper de plus de 8°C d’ici à 2100. Refroidir les bâtiments, repenser les matériaux de construction, reverdir, ré-humidifier… Car mourir de chaud est un risque encouru par 30 % de la population mondiale Source 

« Le Grand Lyon, avec la remise à l’air libre du ruisseau de La Duchère, ou la création d’un espace vert infiltrant les eaux de pluie au parc Jacob-Kaplan œuvre en ce sens. « Il faut retrouver des points d’eau en ville afin de permettre aux phénomènes d’évaporation de mieux réguler la température ambiante », rappelle Erwan Cordeau, chargé d’études sur le climat, l’air et l’énergie à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme. La dés- imperméabilisation de la ville et le retour de l’eau sont sur le devant de la scène, en effet, le retour de l’eau dans nos sols et autres surfaces de stockage permet de rafraîchir l’air. C’est également une opportunité pour la restauration de la biodiversité et une offre créative pour la conception paysagère. Aujourd’hui, il est possible de créer des espaces perméables carrossables afin de réconcilier usages et environnement (ex : parkings perméables). On peut également avoir recours à la création de plans d’eau et de fontaines. »Source

  • Récupérateur d’eau collectif

Dans son magazine « En direct, de novembre 2011, la commune de Petit-Quevilly, proposait à ses habitants : Source

Screenshot_2019-06-14 bmnov2011 pdf

Cette initiative pourrait être introduite de manière collective avec une mise à disposition possible sur les territoires sociaux (bailleurs, privés).

Vient ensuite, la question de la végétalisation du territoire.  » Bien plus qu’un enjeu décoratif, le facteur végétal est pourtant devenu un critère attractif pour les citadins : les arbres sont un instrument de lutte efficace contre les îlots de chaleur. Obstacle physique à la lumière, ils sont aussi de puissants régulateurs de température puisqu’ils peuvent puiser en profondeur l’eau du sous-sol et émettre dans l’air de la vapeur d’eau.

  • L’architecture des bâtiments a aussi son rôle à jouer : le choix des matériaux, des couleurs, l’efficacité énergétique, leur végétalisation etc. autant de moyens permettant de réduire les besoins en climatisation.

Alors, à quand les « White roof  » Source et autres toitures végétalisées encouragées par les communes, la Métropole Rouen Normandie, les bailleurs sociaux et privés, au niveau local, extra local, depuis nos administrations, écoles jusqu’à nos immeubles et maisons ?

Espace vert, la très grande nécessité 

Les espaces verts sont indispensables à la ville, ils sont, par ailleurs, vecteurs d’attractivité économique et participent, de plein droit, à nos cadres de vie. Vous pouvez consulter cette parution Source dont est issue la capture d’écran suivante:

Screenshot_2019-06-16 Asterès-Les-espaces-verts-urbains-24-mai-2016 pdf.png

Observons in-situ, avec, atelier ‘specific, les éléments de réponse que propose la commune de Petit-Quevilly à propos de ses espaces verts comme « bien collectif gratuit ».

  • Atelier ‘ Specific # 1 – Jardin de la Chartreuse Saint-Julien
Garden chartreuse .jpg

Comment un jardin crée des conditions d’appropriation pour la faune et la flore ? IPL

Réduire l’émission de chaleur anthropique

La chaleur produite par l’activité humaine peut être réduite. On peut agir par exemple sur la mobilité :

  • Privilégier les transports en commun verts,
  • Limiter la circulation des voitures individuelles dans le centre-ville (proposer des alternatives pour les proches couronnes, agir avec la volonté d’une mobilité inclusive comme enquêtée dans  La sociologie de nos transports en commun et permettre la gratuité des transports en commun les jours de fortes chaleurs).

 

D’autres initiatives et engagements collectifs

  • Le Tri

#sitespecific a pensé à l’organisation de session de tri supervisé par moi-même (après avoir été parfaitement formée par l’association « Zéro déchet Rouen » par exemple). Lasse de constater que le tri n’est pas fait malgré les poubelles prévues, je reste compréhensive et mesure le peu d’infos hormis une affichette et le peu de sensibilisation depuis mon bailleur social dont disposent les habitants de ces logements alors l’idée m’est venue de prendre cela en main. A suivre!

  • Compostons !

Avec l’association Zéro Déchet Rouen, toujours, dans la lignée des actions citées ci-dessus, je pensais poursuivre avec le compostage collectif.

« En habitat collectif social, vous pouvez contacter votre bailleur. Celui-ci a été sensibilisé par la métropole et vous demandera probablement de vous regrouper à 10 voisin-ne-s.Si vous rencontrez des résistances, écrivez-nous.  Nous pourrons adresser une lettre de soutien à votre bailleur, et plus si affinités! »Source

 

Réunissons-nous pour proposer ces initiatives à notre échelle, organisons nos transformations de manière collective et citoyenne!

 

Isabelle Pompe pour #sitespecific, le 16 juin 2019.

Fenêtres sur rues

La rive gauche se caractérise, aussi, par son charme un peu vintage, son allure déglinguée, il est vrai, par ses façades, ses maisons, ses architectures toujours plus inespérées. Elle est un voyage singulier que je ne cesse de photographier et pourrait être le portrait d’une fenêtre sur un monde inversé.

Elle n’incarne pas un monde fini mais représente un microcosme où l’imaginaire, où l’ambiance semble encore préservés. Des rencontres que je voie photogéniques mais aussi cinématographiques qui agissent comme des références explicites et implicites au répertoire du cinéma français des années 60, 70 lorsque le monde entier nous enviaient nos seconds rôles…

 

broc au carré.jpg

Rouen, rive gauche, IPL, 2019

 

Elle est aussi une redéfinition de l’esthétique, ce qui est beau ou laid n’a pas cours. Elle est accoudée à un temps dont peu se souviendront. Elle se porte comme dépositaire des dernières heures. Alors qu’elle subit beaucoup de travaux, d’aménagements et que les constructions d’appartements ne cessent de voir le jour au point de tout ramener à l’infini détail, c’est là, que les vestiges d’un autre monde refont surface de manière troublante.

Au delà de ses commerces, elle dispose sous nos yeux des scènettes, des séquences, des adresses, des endroits où le surréalisme croise le symbolisme où l’espace d’un instant, nous sommes devant une vision réelle d’un temps jadis qui fièrement se plante devant nous.

 

GQ au carré 4.jpg

Façade immeuble, Grand-Quevilly, IPL, 2019

 

Elle est poétique, suscite l’empathie, le sourire, elle est ce devant quoi, nous nous sommes rarement trouvés ou alors sans y prêter attention. Elle récuse le gigantisme dans le sens de la démonstration de force. Elle est très convaincante dans son rapport entretenu avec la préciosité du passage. Réussi ou pas, telle n’est pas la question, elle préfigurait un monde passant, un monde vivant qui, petit à petit, aurait pu se scléroser mais qui parvient, malgré tout, à tenir encore sur ses jambes. Imaginez l’étonnement des bétonneurs, des neutralisateurs qui officient aujourd’hui. Certains immeubles induisent naturellement l’inconfort, d’autres semblent plutôt bien s’en sortir avec des vues dégagées, des balcons, des tailles de fenêtres admissibles. Leur figure de gros bloc carré me fait penser à des météorites tombés du ciel, tels quels.

 

GQ au carré 3.jpg

Grand-Quevilly, IPL, 2019

 

La rive gauche œuvre avec ses immeubles, ses maisons. Les constructions se croisent, parfois se toisent mais le plus souvent elle se découvre ni triste ni ennuyeuse. Elle est, par ailleurs, viscéralement méconnue. Elle a nourri mon envie profonde de questionner sa mémoire, sa sociologie. Ses espaces sont, pour moi, encore des découvertes. Les aiguilles, les pointes, les pics, incarnés par une typologie de bâtiments me désennuient. Les reproches que je formulerai, toutefois, ce sont le bruit et l’odeur dus, en majeure partie, aux voitures omniprésentes sur ces territoires sociaux.

Lors de mes rallyes photo ou lorsque je me fixe un point de départ géographique pour faire des images, je réalise assez vite que l’histoire qui va m’être racontée sera baroque, tour à tour, engagée, minimaliste, avec des personnages timides ou complétement hétéroclites. Et c’est cette hétérogénéité là qui me donne envie de constituer une archive de l’ordinaire dixit la rive gauche.

 

GQ au carré 12.jpg

Grand-Quevilly,IPL, 2019

 

Je réside au Petit-Quevilly chez les Lebas. Immeubles de briques un peu sombres au bas de couleur grise. Certes mal isolés, durs à chauffer ou à refroidir ou de ne pas vivre au rythme de ces voisins mais, ils restent un territoire atypique, à eux seuls, ils élaborent la rue. Ils ont inventé, modelé, organisé l’artère. De mon quartier, je me déplace à pieds, en transport et quelques autres fois à vélo. Par ailleurs, je connais bien St Sever, durant une année, d’une part, j’y ai vécu et d’autre part je n’ai cessé d’arpenter ce quartier en long, en large et en travers. De jour comme de nuit, j’ai rencontré, photographié, écrit depuis cette rue.

 

Rue st sever .jpg

124 rue Saint-Sever, Rouen, IPL, 2015

 

Beaucoup de travaux ont transformé cette allée, les marronniers ont tous disparu sauf un. Les bruits de la rue le samedi étaient difficilement supportables mais, comme tout premier poste d’observation, je n’aurais pu espérer mieux. Près de tout, tout était gérable à pieds ou presque, le métro, les commerces tout à côté, c’était commode. Depuis cette nouvelle vie, j’ai pu explorer, sans concession, l’amont et l’aval de la rive gauche. En parallèle, j’ai lancé, en 2015, un projet de cartographie de cabines téléphoniques à partir de celles situées, en nombre, sur ma voie, puis au-delà et plus loin encore. Un peu plus loin, le quartier St Julien a, lui aussi, connu des transformations notables. Je veille, avec attention, sur la destruction à venir des Verres & Acier de la rue Gessard.

 

carré bistrot resist.jpg

La dernière brasserie de la rue Poterat, quartier St Julien, IPL, 2019

 

Depuis cette rive gauche rouennaise, j’ai atterri sur le territoire du Petit-Quevilly et, comme tous, mes services se sont graduellement recentrés vers le Grand-Quevilly, à commencer par le Pôle Emploi, la trésorerie…Donc, il m’arrive régulièrement de m’y rendre. Le face à face avec cette commune fut du même ordre ou presque qu’avec la ville du Havre pour moi: une forme de choc esthétique et une planification urbanistique énigmatique. Beaucoup de choses à dire et à montrer pour cette ville, des rues, des immeubles, des maisons, des structures culturelles, la Roseraie…

Ici, le Grand-Quevilly et son mythique magasin de chaussures, survivant du quartier qui vit peut-être au rythme de l’attente de la retraite de son propriétaire… Les Chaussures Jean existent depuis 1957, de père en fils, « ce commerçant indépendant, passionné et proche de sa clientèle, Didier Sibbille à su développer, faire évoluer et pérenniser son Commerce de Ventes de Chaussures sur l’agglomération de Rouen. »Source

  • Vous l’avez put-être déjà constaté mais rarement les communes sont citées, est privilégiée la formule floue: « l’agglomération de Rouen ». Pourquoi ?

 

GQ carré Shoes.jpg

Ses CHAUSSURES, Grand-Quevilly, IPL, 2019

 

Cette rive gauche pourrait être taxée de ringarde, d’obsolète. Elle bouscule le goût ce pourquoi elle ne peut être associée à ces adjectifs, ou désignations: has been, vieillot, de plus, elle est, à l’aune des nouveaux collectionneurs (Young Timers), le réceptacle de fragments de temps, encore jeunes. 

Je n’irai pas vers l’exagération voire la provocation car c’est ce que je ressens lorsque j’entends qu’elle est The place To Be. Surtout pas, certainement pas, cette expression sort de la bouche de ceux qui aimeraient, je crois, la gentrifier, qui ne composent pas avec son territoire extra local, qui n’y résident pas ou alors de manière privilégiée. Avant de lui adresser ce vocable hors-sujet, il serait bon de faire sa connaissance pour pouvoir la respecter, de mesurer ses faiblesses, de recevoir ses messages pour mieux la cerner et tenter de la révéler, enfin.

Ses propositions architecturales ou paysagères sont parfois analogues, et nous assistons à un défilé de rues avec les mêmes maisons de briques, ou des immeubles qui ne rivalisent pas avec la singularité mais bon, disons que ça va encore à peu près sans rentrer dans les détails. Néanmoins, là où les choses sont nettement plus inquiétantes c’est, d’une part, la gestion de l’ennui de ces populations et, d’autre part, l’absence angoissante des piétons. Combien de rues, d’avenues ai-je emprunté, depuis mon arrivée, et combien de fois, me suis-je demandée mais où sont les gens ?  Mais en voiture, pour la plupart ou chez eux ! Sortent-ils ? Où sont ces espaces citoyens, gratuits pour que les gens, résidents, extérieurs, de passage ou touristes se rencontrent ?  Pas dans la rue, au vu de mon travail en photographie sociale sur « la disparition du piéton », je peux vous assurer que les rues de la rive gauche (il en existe aussi beaucoup rive droite) ne sont pas propices à la ballade pédestre ni à des dialogues.

 

GQ au carré 6.jpg

Une rue, Grand-Quevilly, IPL, 2019

 

De longues rues où se sont ajustés des immeubles, des rues plus petites qui ne sont que rarement empruntées par des piétons, des vélos, voilà, là, je croise quelques personnes âgées. Honnêtement je trouve cela préoccupant de voir ces trottoirs évidés. Ces langues sont de plus en plus fines, parfois, il est même impossible de poursuivre sa route car une voiture s’est placée sur ce bout de bitume ou des poubelles, encore des poubelles, mais, comment fait-on? Comment font les personnes avec des bagages, des sacs de course, des caddies, des poussettes, les personnes à mobilité réduite ?  Pourquoi ne parvenons-nous pas à offrir du respect aux piétons?

Pourquoi vous ne quittez que trop rarement votre véhicule ? De ma fenêtre, qui donne sur la rue Lebas, la journée, je vis avec des voitures. Il ne se passe pas 10 minutes sans qu’un véhicule ne démarre, ne se gare, ne fasse tourner son moteur, inutilement. N’avons-nous pas autre chose de commun à nous donner à vivre ?

 

Isabelle Pompe, 16 mai 2019.

 

 

 

 

 

 

Ligne de partage Vs Ligne de front

Parlons de partage, de frontière et de limite. Une ligne c’est quoi ? Deux options s’offrent à nous:

  • Trait continu, dont l’étendue se réduit pratiquement à la seule dimension de la longueur : Tracer, tirer des lignes.
  • Trait réel ou imaginaire qui sépare deux éléments contigus ; intersection de deux surfaces : La ligne de l’horizon.

Voire trois: trait tracé sur le sol pour délimiter une piste, en marquer le début et/ou la fin : Ligne de touche.

Ligne de partage

Le partage c’est quoi ?

  • Action de diviser une chose en portions, en parties : Le partage du butin.
  • Fait de partager quelque chose avec quelqu’un : Le partage du pouvoir.

Ce qui nous intéresse, tout d’abord, c’est la ligne de partage. Cette association de mots est aussi régulièrement associer à « la ligne de partage des eaux » (limite géographique qui divise un territoire en un ou plusieurs bassins versants. Plus précisément, de chaque côté de cette ligne, les eaux s’écoulent in fine dans des directions différentes…En France, il existe des points triple et quadruple avec par exemple Rhône/Seine/ Meuse, Rhône/Seine/Loire, Rhône/Loire/Garonne…)

Ici, avec Site Specific, nous sommes avec la Seine pour unique actrice, de ce fait, pas de « ligne de partage des eaux ».

Chaque métropole entretient un rapport avec son fleuve qui cristallise parfois une relation proche de la symbiose ou une difficile cohabitation. Le 1er élément à observer ce sont la considération des quais et leur aménagement. Nous comprenons qu’à Rouen, les quais ont aussi été pensés comme des hébergeurs de paquebots touristiques. la rive droite avait ses occupants saisonniers et qu’en était -il de la rive gauche ?

La rive gauche est doublement coupée car la ligne de chemin de fer suit la Seine.

train au carré.jpg

Europa (Gare désaffectée Rouen rive gauche), IPL, 2015

Disons qu’elle avait sa ligne de chemins de fer, ses trains, son dépotoir tout du long, que, de temps à autres, quelques voitures venaient y faire des courses, des dérapages pour se marrer, que longer ses quais c’était comme traverser un pays dont le sol et le décor étaient suspendus à une époque antérieure…Mais cela pouvait avoir son charme, sa forme de mélancolie…

Et puis, petit à petit, on a commencé à voir apparaître, des éléments de décor comme des choses en couleur:

rue-rouen

Red (quai rive gauche), IPL, 2015

Cela n’a pas vraiment changé à cet instant, d’ailleurs, mon étonnement fut grand lorsque j’ai découvert ces baby-foot seuls, rouge, là. La dignité de la rive gauche n’était pas pleinement réhabilitée avec ces petits efforts, une courtoisie à peine. La balance entre les quais allait prendre encore un tout petit peu de temps.

 

La différence

« Caractère ou ensemble de caractères qui dans une comparaison, un ordre, distinguent un être ou une chose d’un autre être, d’une autre chose. »Source

Pour celui qui se postait d’un côté ou de l’autre de la Seine, les éléments de disparité étaient flagrants. En face, les quais avec le Marégraphe étaient de toute beauté avant le Panorama XXL. D’ailleurs, il fut question, un temps, que cet équipement déménage rive gauche….

Désormais, les quais ont leur arbres et n’ont plus leur fête foraine. Les face à faces se passent mieux déjà à hauteur des quais, après cela se corse toujours un peu dès qu’on en sort et qu’on emprunte les rues qui irriguent les quartiers St Sever, Europe, Grammont, St Julien, Jardin des Plantes et la direction du Petit-Quevilly via l’avenue de Caen…

Trop, beaucoup trop de voitures circulent, bouchent, polluent ces axes et le ressenti en termes de vie de quartier est à la peine. La faute à des aménagements urbains pour le « tout voiture » ou plutôt, le « tout transport routier ». Les piétons galèrent, les vélos tentent leur chance un peu. Les lignes de front que sont ces rues, avenues où les véhiculent circulent en trop nombre, souvent à trop grande vitesse apportent au décor une grande indécence. Le charme n’opère plus car cela n’a rien de très agréable comme promenade pédestre…

  • Les milliers de pots d’échappement, ça empoisonne
  • Les milliers de véhicules routiers, c’est dangereux, bruyant et cela prive toute qualité de l’air, de vie.
  • Les communes écrasent sous le poids de leur « sur-immatriculation »
  • Les transports en commun tel que le Teor ou le Métro usent les rues, les quartiers et crèvent le commerce local. Regardez Rouen rive droite et l’avenue Alsace Lorraine, continuez avec Le Petit- Quevilly et l’avenue de Caen/Jaurès depuis le métro….D’un côté, l’ennui ce sont les qualités d’aménagement de ces lignes…Elles sont au mauvais endroit ou non adaptées, elles empêchent toute centralité pour les habitants et donc la création de lieux fluides de partage. D’un autre côté, avant, il y a peu, le métro n’existait pas…et donc la distance allait de pair avec la différence…

Ici, rive gauche, nous subissons la voiture et l’absence de vie de quartier, de centralité tout simplement pour certaines communes c’est très flagrant, ce ne sont que des lignes, et encore des lignes, des horizontales, droites, tout droit, toujours tout droit…Mais avant, cela, nous évoluons derrière nos fortifications à angle droit.

coupe au carré.jpg

Un jour flou d’angles, IPL, 2015

Notre enceinte, notre enclave, la cité administrative, la tour des archives, passez par la Place Joffre c’est plus agréable même si le balai des voitures, la ligne droite jusqu’à St Sever et le métro qui suit la ligne c’est un peu trop « toujours tout droit »….

Le Centre commercial St Sever est un lieu privé qui fait office de lieu de vie car la mairie n’est pas parvenue à avoir l’idée de créer un endroit de partage. A côté du centre, il y a la MJC et les services sociaux, de l’autre côté le marché Place des Emmurés, ok. Les rues du quartier sont résidentielles et les quelques commerces « ghettoïsent » les espaces, par exemple, ceux de la rue Lafayette, de la rue St Sever. Dans le même temps, à Rouen, les loyers même rive gauche sont chers, les baux commerciaux sont en grande difficulté idem rive droite.

  • Pourquoi ne pas pas proposer des baux précaires, solidaires, associatifs ou je ne sais pour ne pas laisser mourir ces quartiers ?
  • Et ne pas se recentrer sur la rive droite et son hyper centre historique en termes d’actions de ce type.
  • Cesser le clivage cela commence aussi là, permettre les conditions d’une mixité repose sur le fait qu’il ne faut ni abandonner ni privilégier.

 

Le manque d’équité

En écoutant l’histoire de la rive gauche et la perception qu’en ont les habitants lors d’entretiens, nous pouvons prendre la mesure d’un sentiment de colère, d’abandon en raison d’un manque de traitement égalitaire. Au point que les appellations rive gauche et rive droite avaient, un temps, disparu au profit de Sud, Nord, Est et Ouest. Il n’en demeure pas moins que le code postal est une affaire qui passe encore très mal. 76000 et 76100 ressort comme parfois « une différence injuste », un « cela veut tout dire » , « un symbole ». Cette distinction géographique est nourrie par la concurrence déloyale qui prédomine sur les deux rives. Une compétition? Non, une affirmation de supériorité d’un bord et une déconsidération pour l’autre.

Screenshot_2019-05-15 Arrondissements de Paris — Wikipédia

 

La faute ne revient pas au fleuve.Il est vrai qu’à Paris, la Seine traverse aussi la ville, c’est aussi un département, mais ce n’est pas tout à fait à partir du fleuve que les vingt arrondissements municipaux forment « l’escargot ». Les 20 arrondissements ont été créés en 1859.

 

 

La distinction

A l’origine, Rouen existait seulement rive droite. ce qui constitue un problème historique majeur car c’est « à partir de » et non « avec » que la ville s’est développée. Son aire urbaine relève de la Métropole Rouen Normandie, donc non, la rive gauche de Rouen, ce n’est pas la banlieue. Il est vrai que le passage d’un état de la matière à un autre est encore perçu, aujourd’hui, comme une altération. Ce qui se trouve être à l’origine de cette distinction. Le fait d’avoir annexé la rive gauche au monde premier rouennais (rive droite) continue d’alimenter les logiques excluantes. En face pas de réplique, pas de ressemblance, avec ce tête à tête de rive se plante une ligne de front, une ligne d’opposition, de camp adverse. Le meilleur moyen pour la rive gauche d’exister pleinement, librement serait de refuser ce jeu de dupes, de s’émanciper de ce rejet, de ce traitement de défaveur, de refuser ce qui la hiérarchise.Pour cela sur qui peut-elle compter ? Qui pour la promouvoir, pour la dire, la raconter et d’ailleurs où se fixent les regards ?

Entre les quais et le jardin des plantes ?

« La rive gauche ne se limite pas aux bords de Seine. Plus en retrait, le Jardin des plantes devient un spot de choix pour les touristes. Près de 568 000 personnes l’ont visité en 2016. Le centre commercial St Sever est cité toutefois, les grands travaux du quartier ont marqué économiquement durablement, de plus, les touristes se voient régulièrement proposer davantage d’offres de restaurants et d’hôtels rive droite ce qui parfait la névrose des commerçants. « Antoine Péllerin, réceptionniste à l’hôtel Saint-Sever, fait le même constat : « L’affluence est meilleure en semaine, nos clients sont surtout des gens venus pour leur travail à Rouen et qui habitent loin de l’agglomération. Quelquefois des cars de touristes allemands ou hollandais arrivent jusqu’ici tout de même, mais c’est peu fréquent. », le journal poursuit pour cet article du 30 mai 2018 : « Beaucoup d’eau coulera encore sous les ponts avant que les deux rives se rapprochentSource

  • « L’office de tourisme organise « des rallyes de visite » dans le quartier Grammont deux fois par an – des visites à pied de 2 à 3 heures accompagnées d’un guide qui s’adapte aux thématiques choisies par les familles. » Source
  • Et enfin, le Parc urbain des Bruyères (L’ancien hippodrome, à cheval entre Rouen, Sotteville-lès-Rouen, Saint-Étienne-du-Rouvray et Le Petit-Quevilly fermera mi-juin. Il ne rouvrira qu’à l’issue des travaux, prévue fin 2019.)

 

Avec Site Specific, essayons de valoriser cette rive comme elle le mérite et donnons à voir les images de celle-ci, son histoire, sa mémoire, son patrimoine et ses habitants.

Blaue.jpg

Trois couleurs: Bleu, IPL, Petit-Quevilly, 2019

Le Petit-Quevilly, commune de résidence, possède des ensembles architecturaux, une histoire ouvrière passionnante et toujours des ambiances!

De nouveaux lieux émergent, tels que le Kaléidoscope des Copeaux Numériques

 

Les copeaux numérique Mutter.jpg

L’intérieur du Kaléidoscope, 2018, Crédits Joëlle Petit

 

Au-delà des lieux, des noms, des labels et des projets, toutes les communes de la rive gauche sont des mines d’or au quotidien, elles offrent un « patrimoine de l’humilité ».

 

Pour dernier exemple, comment est-ce possible que peu de personnes connaissent le pôle régional des savoirs qui a, certes, depuis changé de nom mais, au fait, quelle est sa mission?

L’ATRIUM

L’Atrium, ex-Pôle régional des savoirs, devient un nouvel espace régional de découverte des sciences et techniques de Normandie.

D’une surface de 1 000 m² d’exposition, il abrite jusqu’en octobre 2019 l’exposition annuelle sur l’espace et l’aérospatiale « Voyage vers Mars. Découvrir la science de l’air, de l’espace et ses métiers », co-construite avec NAE, la Cité de l’Espace de Toulouse, la Cité des Sciences et de l’Industrie, des partenaires de recherche locaux, la Cité des Métiers de Normandie…

Y sont hébergées une quinzaine d’associations régionales qui  œuvrent pour le partage des savoirs et des connaissances dans différents domaines : Cité des métiers de Normandie, Agence régionale de l’environnement, CARDERE, Normandie Images, Normandie Livre et Lecture, Promotion Santé Normandie, Journal Globules…

Source

Rive Gauche rouen ca.jpg

L’Atrium c’est :

  • Un lieu scolaire et grand public, ouvert du mardi au dimanche
  • Une grande exposition de dimension nationale
  • Une animation menée par Science Action Normandie, pour la diffusion de la culture scientifique et la découverte des métiers, en lien avec la Cité des Métiers.

 

Nous reviendrons, plus en détail, ultérieurement sur des structures et leur typologie de publics, telles que Seine Innopolis qui malheureusement ne repose pas sur un projet en partenariat avec la population locale et de, ce fait, fait figure de beauté architecturale inaccessible pour les habitants de la commune.

LaFoudrePetit-Quevilly IPL

Seine Innopolis (Ancienne usine de filature- La Foudre), Petit -Quevilly, IPL, 2016

 

Isabelle Pompe, 15 mai 2019

 

 

 

Territoire social & Voiture # 2

in advance of a broken car 2017 IPL.jpg

In advance of a broken car, IPL, 2017

Nous avons vu précédemment dans Territoire social & Voiture # 1, l’automobile fait partie intégrante de notre « paysage ». Nous résidons, pour la plupart, dans des espaces de relégations, des banlieues où ce mode de déplacement est presque le seul moyen opérant pour se déplacer. De plus, de par notre territoire social, et ce constat, nous sommes les premiers à subir les effets néfastes de la voiture -pollution- dépendance- coût associés. Par ailleurs, il existe un amour populaire de l’automobile.

Paradoxe ?

Non, elle appartient à une culture populaire, c’est un patrimoine défendu qui possède des « valeurs ». Alors, dans cet article, nous évoquerons les modes d’expression de cette culture « voiture ».

Pourquoi ?

Parce qu’à « territoire social » s’associent des pratiques populaires qui se doivent d’être traitées sans jugement de valeur. De plus, ces cultures/ loisirs sont stigmatisés, parfois dénoncés, décriés…Ici, sur mon territoire d’habitation, sur quelques mètres à peine, je vois chaque jour mon jeune voisin et sa « voiture tunée » bleue, mais surtout, je l’entends. J’ai aussi à portée de vue, mes autres voisins en bas, en face, en train de réparer voiture, camionnette/camion qui se composent de deux groupes distincts.

C’est depuis ces postes d’observation que s’est structuré cet article, autour de deux postures: l’acteur et le spectateur. La 1ère partie de cet écrit concerne l’acteur avec la notion du « faire« – sera donc développé la pratique du Tuning. Elle sera également questionnée comme marqueur social. Nous l’avons noter, précédemment, il existe un amour populaire de la voiture, de ce fait, il semble intéressant de nous pencher sur les courses automobiles à travers la posture du spectateur. Avec Les 24 h du Mans et la Formule 1, au regard de leurs stratégies et territoires, nous développerons la question de la réception de leurs publics. Nous irons, ensuite du côté de la mécanique comme activité et secteur pour reprendre cette posture de l’acteur – « du faire« , puis vers la mécanique « sauvage« , en tant que spectateur, en nous demandant comment est définie, vécue cette pratique ? Et enfin, L’approche, à la fois anthropologique et artistique de David de Beyter, des « Big Bangers ». Cette communauté qui vit le crash de voiture comme art de vivre.

 

« Dans l’horreur que suscite, chez certains, la sociologie entre pour beaucoup le fait qu’elle interroge le premier (ou le dernier) venu au lieu de donner la parole seulement aux porte-parole autorisés ».

Pierre Bourdieu, La distinction.

 

La suite qui serait susceptible d’être donnée à cette série d’articles -consacrée à notre rapport affectif et subi aux voitures – pourrait prendre la forme d’une documentation visuel. Un travail de portrait (ethnophotographie) des résidents de ma rue et de leur véhicule.

 

1. LE TUNING

En transformant les comportements de ces populations issues des classes populaires en mépris de classe, ce sont des lieux de mémoire, générationnels par définition, que l’on attaque, que l’on moque. Une mémoire ouvrière, rurale dont le récit des portes-paroles légitimes a été si souvent refusé.

Le Tuning, un marqueur social

Pour explorer cette discipline/pratique/loisir pas si évident à définir, nous reprendrons les propos de Yoann Demoli (co-auteur avec Pierre Lannoy de l’ouvrage « Sociologie de l’automobile » paru en janvier 2019 aux éditions La Découverte), les travaux d’Eric Darras et son article « un lieu de mémoire ouvrière: le tuning » et l’émission de Chloé Leprince sur France Culture du 13 mars 2019, « Beauf, plouc et gros Jacky : de Shakespeare au tuning, ces (dé)goûts qui innervent le mépris de classe. »

 

Le « tuning » est le parangon de ce qui est moqué dans la voiture par certaines catégories sociales comme un « truc de beauf » selon Yoann Demoli Source

« Une passion pour l’automobile est une pratique culturelle classante, c’est-à-dire une pratique culturelle observée avec condescendance et mépris par les instances culturelles. Selon le sociologue Pierre Bourdieu, « la pratique culturelle sert à différencier les classes et les fractions de classe, à justifier la domination des uns par les autres ». (Source)

« Cette fracture automobile recouvre une fracture culturelle. A chaque fois qu’il est question de tuning, le message sous-jacent est : comment peut-on aimer les voitures ? Comment peut-on aimer les voitures alors qu’au mieux cet ustensile doit être perçu de manière utilitaire, sans compter tous ceux, qui, dans les grandes villes désormais, n’en possèdent plus. » Source

« Il est loin le temps où les dominants de Pierre Bourdieu avouaient aimer les voitures, il faut remonter pour cela au temps de Françoise Sagan et de Pompidou, comme si, depuis lors, les routes de chaque classe sociale s’étaient séparées sans jamais pouvoir se rejoindre. » Source

 

Une tentative de définition

« Le tuning semble défier la sociologie de la culture : il relève à la fois de l’activité populaire et esthétique, de la pratique culturelle et sportive, individuelle et collective, de la « passion » ordinaire préservée bien que fortement méprisée et réprimée par le droit et les forces de l’ordre ; il s’agit encore d’une activité culturelle pratiquée par de jeunes hommes virils et pourtant patients et exigeants, des individus modestes pour un loisir coûteux. » Eric Darras – source

Un aperçu historique

De son côté dans l’émission de France culture, nous parlerons plus facilement de loisir.

« Ce loisir né de la bidouille de vieilles carcasses avec le “hot rod” dans l’Amérique des années 20 pour faire des rodéos du côté de San Francisco, est arrivé en France au début des années 1990. Au plus fort de son succès, voilà une petite dizaine d’années, les sites spécialisés estiment que le tuning aurait rassemblé jusqu’à 200 000 passionnés.

Entre-temps, sa popularité outre atlantique devait beaucoup à la jeunesse hispanique puis aux rappeurs à grosses cylindrées dorées. » Source France Culture

Qui sont ces passionnées?

Le travail d’enquête sur le terrain mené, dans la région de Montauban en 2012, par Eric Darras a permis de souligner que tous ou presque appartenaient à une jeunesse rurale. Tous sont confrontés aux  » transformations socio-économiques lourdes auxquelles ces jeunes hommes tentent aussi d’apporter leurs réponses par le tuning. Mais les tuners se distinguent néanmoins des plus démunis par les ressources, savoirs et savoir-faire précisément objectivés dans et par leurs véhicules tunés, objets d’une fierté individuelle et collective. » Source Eric Darras

Pourquoi?

« Le tuning revêt des critères esthétiques, célébrés lors des meeting et autres compétitions. Les prix, trophées sont autant de récompenses convoitées ce pourquoi le « Faire pour faire » est primordial et ces « ouvriers qui font du beau »  deviennent des « œuvriers ». L’idée étant que « c’est beau parce que c’est bien fait« , l’amour du travail bien fait doit être perceptible : « l’objectif c’est de montrer notre passion ». »Source

Les « mains » & l’enfance

Chez les virtuoses, le tuning prolonge un intérêt déjà ancien pour le dessin ou la mécanique parfois devenue activité professionnelle. L’enfance, comme origine de la vocation est citée, pour les plus doués.

Passages

L’évolution des customisations évolue avec l’âge, le vélo, puis les scooters, motos en enfin la voiture avec l’obtention du permis de conduire comme libérateur, désinhibant moyen d’avoir enfin accès au Graal. Avec l’âge, la passion se transforme en vocation.

La quête

Ils désirent exprimer, créer, montrer une pièce unique, rare et singulière afin d’obtenir davantage le respect des pairs plus que l’admiration des non-initiés. Une façon de façonner, de s’opposer aux modèles ordinaires, de se placer face à la mécanisation qui engendra, avec elle, la standardisation. La fierté tient en l’art de faire soi-même.

Quel est leur territoire d’habitation?

Les tuners vivent le plus souvent dans un environnement industriel rural ou semi rural, dans des bourgs péri-urbains dans la ceinture des 20 à 30 km autour de villes moyennes selon l’article d’Eric Darras.

« Ce loisir qui consiste à accessoiriser, modifier soi-même, et décorer sa voiture au prix de longues heures de travail et souvent d’un vrai budget, Eric Drouet le pratique en effet depuis “Muster Crew”, une association qui rassemble près de cinq mille passionnés en Seine-et-Marne, le département à l’est de Paris. »Source France culture

Fierté ouvrière et patrimoine

« Comme affirmation populaire du soi, le tuning est une manière obstinée et créative de s’exprimer sous contraintes, une mémoire « d’en bas ». Comme pratique culturelle il rappelle, par le bas, et non sans une certaine lucidité tragique, la richesse perdue d’une vie populaire dans toutes ses dimensions culturelles, sociales ou affectives » ajoute Eric Darras.

Épisode Ford Mustang

(Citée dans la 1ère partie  » Territoire social & voiture # 1″) Revenons à ce modèle de voiture un instant.  « La motivation de Benjamin est patrimoniale, il certifie fièrement que sa Ford mustang rutilant était une « épave » lorsqu’il l’a acheté. Il s’agissait de le sauver, comme d’autres sauvent des monuments historiques. La mustang relève pour beaucoup de passionnés de l’automobile du chef-d’œuvre de la culture ouvrière. Source Eric Darras

* Cette voiture a vu le jour en 1964, pensée comme une petite voiture sportive qui envahirait les rues, elle fit une entrée fracassante. Ford venait de réinventer l’automobile pour les jeunes américains, de plus, de nombreuses options étaient disponibles pour agrémenter la voiture, le but étant que chacun ait une Mustang unique.

Voitures sportives comme étalon

« Les tuners prennent pour référence constante les voitures sportives, notamment allemandes, dont ils cherchent à reproduire les principaux marqueurs de distinction : becquet arrière des Porsche, ouverture des portes papillons des Lamborghini, pneus larges, jantes chromées… »précise Eric Darras.

Aujourd’hui en France

Monde de l’Auto Samatan

Les 21, 22 et 23 septembre 2018, s’est tenu le 11ème Monde de L’auto à Samatan. Avec ses plus de 4000 m² d’expositions de modèles et d’animations, le salon attend  plus de 10 000 personnes. Cet évènement doit son existence à des passionnés de la mécanique. Source  La commune de Samatan (Gers) compte environ 2400 habitants.

Screenshot_2019-03-26 Monde de l'Auto Samatan - Publications.png
Youngtimers

Depuis quelques années déjà, nous assistons à un retour en force voire à une déferlante des tendances des décennies 80- 90, en écho, les styles et pratiques convergent au point de concerner la mode, les modèles qu’ils soient vestimentaires ou encore ceux des voiture.Site du magazine Youngtimers

Les 1ères conséquences pour les modèles de véhicules, leurs côtes enflent. Ces nouveaux acquéreurs représentent des nouveaux collectionneurs mais ils couvrent aussi un très large spectre tant aux niveaux des modèles recherchés (berline, sport, grand tourisme, prestige) que des moyens financiers dont ils disposent. Les youngtimers sont à comprendre comme « jeune voiture de collection« , par conséquent une pluralité de marques et de modèles sont concernés toutefois la rareté de production et l’état conditionnent, en général, le passage de statut. La légitimation s’opère avec certains critères, sous condition.

  • La vente « Dream garage « 

RM Sotheby’s a proposé 140 youngtimers aux enchères. L’ensemble des lots de la collection était réparti sur quatre ventes: Paris, Amelia Island, Fort Lauderdale et Essen. Une vingtaine d’entre eux seront vendus le 6 février 2019, place Vauban à Paris. Pour la vente à Essen, deux Renault 5 Turbo 2, un modèle dont la cote atteint des sommets: entre 80 000 et 90 000 euros et une Lancia Delta HF Integrale Evoluzione «Martini 5» de 1992 (estimation 120 000 – 140 000 euros), par exemple.Source vente Essen

 

 

LA QUESTION DE LA RÉCEPTION

« A raison de 1500 euros minimum pour faire repeindre toute la carrosserie (mais facilement le triple pour de la peinture mate et des éclairs qui lacèrent les flancs) et des détails mécaniques insoupçonnables à l’oreille profane, le tuning est vite devenu un objet de raillerie. » Source France culture

 

Émission Strip-tease

135.3 db, un épisode de l’émission Strip-tease diffusé par France 3 en 2000. Le protagoniste resté dans les annales de la télé après ce passage s’appelait Christophe, qui, vingt ans plus tard, fait encore l’objet de nombreux commentaires ricanants à chaque fois qu’un internaute rend une copie de l’archive accessible depuis YouTube.

« C’est du côté de Douai, dans le Pas-de-Calais, que Strip-tease avait déniché Christophe, 23 ans, des enfants tôt, un Marcel, l’accent picard et une R21 « tunée » dont le pot d’échappement s’écoutait au ras du sol. »

Traitement médiatique

Dans les médias généralistes, on continue de parler plutôt comme d’une pratique exotique un peu grotesque, macho et pas très finaude. C’est le principe de la caricature : les ailerons dorés et le moteur qui grogne fournissent des images plus spectaculaires pour dire une jeunesse souvent rurale, plutôt invisible dans les médias. Source FC Les clichés opérant comme des objets caractéristiques de distinction: la tenue, l’accent et la pratique culturelle moquée (non légitimée par la haute culture) seront repris par les médias tels que les Inrocks (ils en ont fait, par exemple, leur deuxième moment d’anthologie de toute l’histoire de l’émission Strip-tease.) Strip-tease en 7 épisodes cultes – Les Inrocks

Le tuning ne relève pas d’une pratique isolée, elle est régulièrement associée aux présentations de voitures anciennes dans des salons et autre foires, aux courses auto/moto.

 

2. LA COURSE AUTOMOBILE

La course automobile est un sport et donc une pratique culturelle. En choisissant volontairement des manifestations très connues, c’est une façon de s’adresser à notre mémoire collective de téléspectateurs, à notre expérience commune de spectateurs. Aborder ces courses permet de se demander ce qu’elles peuvent produire comme image, comme réception populaire et comme forme d’attachement.

24-Heures-du-Mans-2016.jpg

24H du Mans 2016 Source

« Nous déclarons que la splendeur du monde s’est enrichie d’une beauté nouvelle: la beauté de la vitesse. Une automobile de course avec son coffre orné de gros tuyaux tels des serpents à l’haleine explosive…Une automobile rugissante, qui a l’air de courir sur de la mitraille, est plus belle que la victoire de Samothrace.«  Filippo Tomaso Marinetti, Manifeste du Futurisme, 1909.

2.1 Les 24h du Mans

« L’automobile agit sur les représentations communes. Elle émeut, elle agit sur la sensibilité, elle fait intervenir l’émotivité. L’automobile ne laisse pas insensible les individus par toute une production médiatique qui a modelé les consciences individuelles de manière à ce qu’elle soit vue sous une certaine forme sympathique ayant donné naissance au mythe de l’auto. D’où son passage d’objet utilitaire à valeur économique à Objet mythique à valeur sacrale » selon Nathalie Halgand (Source)

Pour réaliser cette 2ème partie, l’idée étant toujours de questionner la réception, c’est l’article d’Eric Leser, du 18 juin 2017, pour Slate, qui m’a, ainsi, servi de point de départ. En écho, nous nous tournerons vers la bande dessinée Michel vaillant, puis en direction de la Formule 1. Un article de Michel Pinçon et Monique Pinçot-Charlot, « Sur la piste des nantis, les rallyes » de septembre 2001 au Monde Diplomatique ainsi que celui de Nathalie Halgand  » La passion de l’objet : le cas de l’automobile « Des œuvres d’art sur quatre roues » ont apporté leurs échos sociologiques.

L’intérêt de parler des 24h du Mans tient à la typologie de ses publics et au territoire au sein duquel elle s’inscrit, en outre, rappelons-nous les adeptes du tuning et leur référence en termes de véhicule: « les voitures sportives, notamment allemandes, telle que celles de la marque Porche « . Il se trouve que les 24h du Mans et la marque Porche, c’est une longue histoire avec 19 victoires, à ce jour.

  • La cas Mercedes-Benz

C’est avec l’accident dramatique de 1955 qui couta la vie à plus de 80 spectateurs dans les tribunes ainsi qu’au pilote français, de la Mercedes-Benz 300 SLR, Pierre Levegh. (Il s’agit du plus grave accident de l’histoire du sport automobile) que Mercedes s’est retiré de la compétition automobile en tant que constructeur pour les 43 années à venir au Mans, et durant 55 ans en Formule 1. Source images

Un peu d’histoire

Cette course automobile d’une durée de 24h se déroule en juin (l’édition 2019 se déroulera le 15 et 16 juin) et existe depuis 1923. Une semaine d’évènements est organisée autour de cette course.

La course en chiffres

  • Une fois par an
  • 1 journée test qui rassemble 23000 spectateurs Chiffre 2015
  • Elle dure 24h soit l’équivalent de 17 grands prix de F1
  • 1 circuit de 13kms avec une ligne droite de près de 5kms
  • 330 kms/h (vitesse enregistrée sur la droite des hunaudières)
  • Les véhiculent sont à fond 85% du temps.
  • 258 000 visiteurs pour son édition 2017 (publics très fidèles)
  • 5000 Kms de jour comme de nuit (certaines portions de la course ne sont pas du tout éclairées)
  • 3 pilotes qui se relaient environ toutes les 3 heures
  • 22 pilotes y ont perdu la vie depuis sa création (chiffre 2017)

La course et ses caractéristiques

  • Course la plus prestigieuse au monde
  •  Banc d’essai incomparable
  • Offre un spectacle unique chaque année
  • Scénario dramatique
  • Les plus grands constructeurs mondiaux sont présents

« Des animations et des concerts plébiscités par le public – un accueil du public toujours plus soigné et des conditions d’accès au circuit facilitées grâce aux parkings gratuits. » Source

La course et les pilotes féminins

Michèle Mouton a marqué l’opinion au volant de son Audi Quattro en remportant quatre rallyes de championnat du monde au total (Sanremo 1981, Portugal 1982, Acropole 1982, Brésil 1982) et deux fois la course de côte de Pikes Peak (dont une fois au classement général). En 1975, elle remporte, dans la catégorie 2 litres, sa 1ère victoire au 24H du Mans.

La course et sa réception chez les acteurs de cinéma

Beaucoup de comédiens ont un rapport singulier, à noter Paul Newman qui a fini deuxième en 1979. Steve McQueen, dont le destin s’est noué autour de ce circuit, s’est ruiné en faisant, en 1970, un film devenu mythique baptisé simplement: Le Mans. Le documentaire, The man & Le Mans, sorti le 11 novembre 2015 de John McKenna et Gabriel Clarke lui rend hommage.

La course en termes d’expérience de spectateur

« L’ambiance magique qui règne sur le circuit, qui grouille encore de spectateurs, en dépit de l’heure tardive. On ne le dira jamais assez : la nuit Sarthoise reste un moment assez unique » Source

« Le hurlement métallique, lancinant et déchirant des moteurs, et les disques de frein qui rougissent la nuit dans les virages, les échappements lâchant des flammes saccadées. Le plaisir mécanique à l’état pur. »

Les 24h du Mans font office de pèlerinage pour les « nostalgiques de l’automobile triomphante, de la vitesse et de la fureur des machines« . Source Eric Leser pour Slate

 

…… »Le paradis sur terre », « il faut imaginer l’ambiance, le bruit! », « je suis devenu accro« , « une institution », « le plus beau circuit du monde », « l’exploration du mythe« , « circuit mythique, « légendaire« …

La course et sa diffusion télévisuelle

Pour son édition 2018,  » Course internationalement reconnue, les 24 Heures du Mans disposent d’une couverture télévisée conséquente en France, avec notamment les chaînes de France TV et d ’Eurosport« . Source

Pour son édition 2016, « Les 24 Heures du Mans font partie de ces évènements sportifs retransmis à travers le monde grâce à une couverture télévisuelle de grande ampleur. Cette année la course sera retransmise dans 190 pays pouvant ainsi potentiellement être suivie par 802 millions de téléspectateurs. « Source

2015,  « La couverture télévisuelle des 24 Heures du Mans avait atteint 100 millions de téléspectateurs uniques et l’épreuve était l’événement sport mécanique le plus regardé en France et dans plusieurs autres pays (chiffres Eurodata 2015 mesurés dans plus de 30 marchés). »Source

  • Par comparaison, C8 avait rassemblé, devant le Grand Prix de Monaco en Formule 1 en 2017,  1 million de téléspectateurs.Source

Michel Vaillant & La course

GratonMichelVaillantIntegraleT1-1200x675

Michel Vaillant de Jean Graton – Graton éditeur

« Attention Légende ! Au volant de sa Vaillante, le célèbre pilote automobile a fait frissonner bien des lecteurs qui se demandaient comment il réussirait à déjouer les pièges des écuries concurrentes et les soucis mécaniques tout en franchissant le drapeau à damier en pole position. La réponse dans cette intégrale indispensable. « Source

Cette Série de bandes-dessinées a été créées par Jean Graton en 1957. Le grand défi est le 1er album sorti en 1959. Depuis ses débuts, les aventures de Michel Vaillant passionnent les amateurs de courses automobiles mais aussi les lecteurs moins accrocs aux sports mécaniques, qui se sont attachés à la famille du célèbre pilote. (Source) Aujourd’hui, les 70 titres de la collection Vaillant totalisent plus de 20 millions d’albums vendus dans 16 pays, dont les États-Unis et le Japon » Source

 

Sociologie de la Ville du Mans

La ville du Mans, nettement marquée politiquement à gauche, porte plusieurs surnom dont celui de L’ouvrière. Elle a été l’une des plus grandes plaques tournantes industrielles de l’Ouest de la France durant les XIXe et XXe siècles (« La plaque tournante de l’Ouest »ou « Porte de l’Ouest » pour son réseau autoroutier et son rôle de distributrice ferroviaire).

Le Mans en quartiers

La ville dont la population avoisine les 143000 habitants est divisée en 6 secteurs soit 72 quartiers. Parmi eux, l’Insee a désigné cinq quartiers de la ville comme des ZUS : Les Sablons, Bellevue, les Ronceray, Les Glonnières et l’Épine. Deux autres quartiers sur la commune d’Allonnes sont également considérés comme tels : Chaoué et Perrières.

Le Mans figure à la 57e place parmi les 100 plus grandes villes de France concernant le taux de pauvreté selon la Gazette des communes – 2014 Le taux de pauvreté s’établit à 19% (37000 personnes). Un chiffre comparable avec d’autres grandes villes de l’Ouest, comme Angers Caen ou Tours, moins touchées par la crise que des agglomérations du nord et du sud de la France. Par exemple, le taux de pauvreté peut aller jusqu’à 75 % dans certains quartiers de Marseille, trois fois plus que la moyenne de la ville.

« L’Ouest, de tradition moins inégalitaire et moins marqué par la crise, est moins représenté » indique la Gazette des communes Source

 

—Dans cette approche de la voiture comme pratique culturelle, nous avons questionné son inscription sur un territoire social. Nous avons évoqué le Tuning et les Youngtimers. La course des 24h du Mans en interrogeant son ancrage local à travers la ville du Mans notamment. Celle-ci, en effet, se montre sous un jour moins inégalitaire que d’autres territoires d’habitation. Cependant, la voiture s’incarne aussi socialement que ce soit par les véhicules de prestige mais aussi par des comportements excluants tel que l’entre-soi économique. 

 

2.2 L’auto & la haute bourgeoisie

La voiture c’est une question de vocabulaire, de niveau de langage. Alors que nous venons d’aborder cette pratique culturelle à l’aune du Tuning et de la course, Les 24h du Mans, évoquons, brièvement, les rallyes et « l’auto ».

Automobile Club De France

Les membres de la haute bourgeoisie fréquentent les cercles, tels, à Paris, l’Automobile Club, place de la Concorde, ou le Cercle de l’Union interalliée, rue du Faubourg-Saint-Honoré.

  • « Premier Automobile Club au monde fondé en 1895, “l’Auto” incarne une institution pionnière qui s’établit dans le somptueux écrin du 6 et 8 place de la Concorde dès 1896. »Source

« Les rallyes existent depuis le début des années 1950, ils représentent la troisième instance de socialisation après la famille et l’école pour la haute bourgeoisie. Le rallye atteint presque toujours son objectif : faire en sorte que les jeunes ne ruinent pas un avenir brillant, un destin hors du commun, par une mésalliance qui viendrait rompre le fil de la dynastie, noble ou bourgeoise. Il n’y a pas de libre concurrence dans l’économie affective grande bourgeoise. »Source

C’est en relisant la partie de l’article « Sur la piste des nantis, les rallyes » paru au Monde Diplomatique en septembre 2001 des sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon -Charlot, qu’il m’est apparu évident de reprendre certaines citations en rapport avec le territoire social qui est le nôtre. Source

Le traitement des espaces publics est aussi révélateur d’inégalités profondes dans les conditions de vie générées par l’intervention des administrations locales. Ainsi, à Paris, le périphérique, et son vacarme incessant, est couvert dans les quartiers de l’Ouest, ceux de la bourgeoisie, alors qu’il est à l’air libre dans de nombreux autres secteurs. La voirie est différente entre les beaux quartiers et les arrondissements pauvres.

« Le patronat, un singulier qui désigne un ensemble d’agents sociaux auxquels on peut supposer une certaine unité de vues, est remplacé par les entreprises, un pluriel d’entités individualisées.  »

 » La mobilité n’est pas la même selon qu’elle est contrainte ou choisie, selon qu’elle est une condition de survie ou qu’elle fait partie d’un mode de vie et d’une identité. »

« Tout en manifestant ce collectivisme pratique, la grande bourgeoisie prône l’idéologie de l’individualisme. »

 

3. La Formule 1

Cette discipline sportive a suscité des grands moments de liesse dans l’histoire du sport et certains grands prix sont gravés dans tous les esprits. La Formule 1 c’est aussi des écuries mais surtout des pilotes dont les renommées sont internationales.

1989 Mc laren senna.jpg

Ayrton Senna- McLaren Honda – 1989 – Grand Prix de Monaco

Screenshot_2019-03-28 Journal de Genève - 08 05 1989 - Pages 18 19(1).png

Résultat du Grand Prix de Monaco 89 Source

En 2018, le Grand Prix de Monaco a été remporté par Daniel Ricciardo ( Red Bull – Tag Hauer) en 1h 42’54’807′
En 30 ans, 10 minutes sont gagnées mais est-ce ainsi qu’il faut regarder ce sport ?

 

 

Un bref historique

Considérée comme la reine des catégories du sport automobile, comme un aboutissement pour les pilotes, elle est l’un des évènements sportifs les plus médiatisés, avec la coupe de monde de Football et les Jeux olympiques. La Formule 1 est officiellement crée en 1946, sa réglementation est effective en 1948 et voit s’ouvrir son 1er championnat en 1950. Elle trouve son origine dès les années 20/30 avec les courses automobiles disputées en Europe. Au fil du temps, l’escalade des performances, la puissance croissante des moteurs ne vont pas sans engendrer des problèmes de sécurité. Des changements réglementaires tentent d’endiguer le taux de mortalité des pilotes (35 décès de pilotes en course ou en essai). De l’ innovation à la révolution technologique en passant par le basculement économique, introduit par les pays émergents, la formule 1 ne cesse de changer d’ère.

  • Le cas Mercedes

55 ans après leur accident tragique survenu lors des 24h du Mans de 1955, le constructeur auparavant motoriste, s’engage sous son propre nom, Mercedes Grand Prix, en 2010, pour les championnats du monde. 2014 marque le début d’une période totalement dominée par Mercedes Grand Prix, avec cinq titres des constructeurs, cinq championnats du monde des pilotes (Lewis Hamilton en 2014, 2015, 2017 et 2018, Nico Rosberg en 2016), soixante-quatorze victoires entre 2014 et 2018, trente-neuf doublés, quatre-vingt-quatre pole positions, et un record de dix-neuf victoires et vingt pole positions en une saison en 2016.

Mercedes et le marché français :  Marque leader du premium en France devant Audi et BMW en 2017. Avec 68’007 immatriculations au 31 décembre 2017, au sein d’un marché global qui avoisine les 2’110’000 véhicules neufs, Mercedes reprend son fauteuil de leader et enregistre, par la même occasion, sa meilleure performance dans l’Hexagone. Source

 

 Typologie des circuits

Screenshot_2019-03-28 Grand Prix de Formule 1 — Wikipédia.png

A raison de 35 millions d’euros exigés par la FOM, les pays émergents ont pu bénéficier de l’autorisation d’organiser leurs propres grands prix.

Argent & politique

Stratégie & modifications

FOM ( Formula One Management) – En 2017, à la suite de la prise de contrôle de la Formule 1 par le groupe américain Liberty Media, Chase Carey prend les commandes de la discipline et remplace, à ce poste, Bernie Ecclestone qui a régné, sur elle, durant quatre décennies.

Bernie Ecclestone, homme d’affaires anglais, s’est illustré au travers une stratégie de conquête des pays émergents: sur les 21 épreuves du championnat, il faut en compter 12 organisés hors d’Europe. Celui, qui s’est exprimé, en 2016 sur le fait qu’il refusait de voir des femmes au volant des monoplaces au motif qu’elles ne serait pas crédibles, s’est vu, en 2014, accusé d’ avoir versé 44 millions en pots de vin pour prolonger son règne de 40 ans sur la formule 1….

  • Une volonté d’exclusivité

En 2008, lorsque le coût du plateau – c’est-à-dire la facture garantissant la présence des 22 acteurs de la F1 – a approché les 18 millions d’euros par an, la Fédération française du sport automobile, qui avait pris le relais des organisateurs, a abandonné la partie: c’est donc la suppression du Grand-Prix de France de Magny-Cours*. Celle-ci a été  vivement critiqué par les fans.  *Ce circuit, situé dans la Nièvre en Bourgogne, a accueilli un grand prix de 1991 à 2008. La France a perdu ainsi un circuit qui permettait de créer de la diversité au regard des publics tant en termes de territoire/région mais aussi socialement par opposition à Monaco ou au Castellet. Désormais, la France est exclusivement représentée par la région du sud-Est pour l’organisation de ses grands prix.

Rolex– « La marque signe un accord de partenariat global avec la Formule 1. Elle devient, à partir de 2013, et pour plusieurs années, l’un des principaux partenaires de la Formule 1™ en tant que Chronométreur Officiel et Montre Officielle. »Source. Cette marque de luxe, pionnière du sponsoring sportif, est visuellement très voire trop présente sur les circuits, au point de saturer et de créer, de par sa présence exclusive, une forme de pollution visuelle. En termes d‘image, « Rolex reste la marque non seulement la plus connue du monde, mais aussi la plus prisée sur le marché du vintage. Un succès qu’elle doit en partie à ses collectionneurs dont la passion a tendance à devenir une obsession », soulignait le journal Le Point en 2016. Source

  • Un changement de marque, changement de monde

Rolex représente 4, 3 milliards de C.A estimé en 2014, elle se place 1ère au classement des maisons horlogères suisses en terme de chiffres d’affaire.

Tag Hauer est un partenaire historique de la course automobile avec les 24 h du Mans et la Formule 1 via ses partenariats avec Ferrari puis McLaren (depuis 1985).  Ce dernier a aussi sponsorisé les très grands de la discipline: de Fangio à Alain Prost, en passant par Ayrton Senna, ou plus récemment Kimi Räikkönen, Jenson Button et Lewis Hamilton. Cette marque est également associée à Steve McQueen et à sa « Monaco » au poignet pour son film Le Mans (1971). Cependant, en termes de poids, Tag Hauer pèse cinq fois moins que Rolex.

Steve McQueen Monaco Tag Hauer Le Mans.jpg

  • Les pays émergents et la culture masculine

« La croissance du marché masculin dans le luxe est intrinsèquement liée au développement économique des pays émergents, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient ou en Afrique. « Ici, on est bien loin du modèle occidental qui conjugue surtout le luxe au féminin », souligne Joëlle de Montgolfier, directrice senior du pôle Études & Recherche chez Bain & Company sur la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique. La Chine fait figure d’exemple et de leader : au niveau national, la part des achats masculins s’élève à 70 % du secteur du luxe. » Source

  • La formule 1 et les femmes

Cette discipline sportive que l’on pensait exclusivement réservée aux hommes en termes de pilotes fait apparaître quelques petites surprises: Lella Lombardi, la dernière en date, a été la seule a avoir participé au plus grand nombre de grand-prix. Elle est la seule femme à avoir terminé un Grand Prix de Formule 1 dans les points, en Espagne lors du championnats du monde 1975. Elle se classera 6ème. Nous pouvons citer également Divina Galica, Désiré Wilson et Giovanna Amati.Source

Les GRID GIRLS

« Employer des grid girls (filles sur la grille) a été un élément de base pour les Grands Prix de formule 1 pendant des décennies », a rappelé le patron américain (de la FOM) Jusqu’à leur remise en cause à la mi-décembre 2017. Pour l’occasion, la BBC effectue un sondage auprès de ses auditeurs. Il en ressort que 60 % sont favorables au maintien des filles sur la grille.

Depuis 2018, ce sont des enfants qui accompagnerons les pilotes (à surveiller pour cette période de grand-prix 2019 qui commence). L’idée étant de contribuer au rajeunissement des publics, d’apporter davantage de divertissement et de défendre des valeurs sociétales différentes, une des conséquences du mouvement #MeToo Source

Bernie Ecclestone (patron de la F1 pendant 4 décennies), 87 ans, s’exprime sur le sujet: » « Les pilotes aiment [les grid girls], le public les aime, et ça ne pose problème à personne. Il faudra m’expliquer en quoi cela gêne de voir une fille, jolie qui plus est, se tenir avec un panneau devant une voiture avant le départ d’un Grand Prix. »Source

Anciens mondes Vs Nouveaux mondes?

La stratégie de FOM consiste en un repositionnement sur le marché mondial de la marque avec d’une part son redéploiement géographique – Le retrait de certains circuits relevants des pays de  « l’ ancien monde« , substitués par ceux  des « nouveaux » –pays dits émergents-  est potentiellement envisageable. En termes d’image, la FOM veut incarner la puissance du luxe et s’assurer des capitaux extérieurs au détriment des publics fidèles, des sportifs et de la vision même du sport. Une forme de pureté perdue est régulièrement soulignée par les anciens sportifs et publics. De plus, l’hyper sophistication des monoplaces apporte une certaine vision du sport automobile qui peine à toucher, à émouvoir. Les monoplaces sont des engins extrêmement complexes, ce qui ravit les experts/marques mais n’est pas source d’intérêt chez les publics.

La décennie 1990 plébiscitée par les publics

Une certaine nostalgie est remarquée lorsque les journalistes sportifs de la chaine « Formula One » (YouTube – 2 millions d’abonnés) demandent aux  internautes, en 2016, de voter pour leur « duel préféré entre pilotes » lors de grands prix ou encore leurs grands prix d’Espagne, de Belgique, d’Autriche préférés: les années retenues (dans l’ordre) sont 1992, 91,  98 et 99.

  • 1994 et la question de l’éthique

 Questionner l’éthique des intérêts financiers dans le sport c’est aussi revenir vers des accidents mortels. Le circuit d’Imola a provoqué le décès, sur le circuit, de l’autrichien Ratzenberger le samedi 30 avril 1994. Une loi italienne interdit l’organisation ou le maintien d’un événement sportif en cas de décès d’un des acteurs. Roland Ratzenberger est pourtant mort sur le coup mais les officiels se seraient arrangés pour que son décès ne soit annoncé qu’à l’hôpital de Bologne. Propos confirmés ensuite par le docteur Ricci, chargé des autopsies de Senna et de Ratzenberger à l’Institut médico-légal de Bologne. Roland Ratzenberger n’est pas mort «d’un arrêt cardiaque», comme l’affirme la Fédération internationale de l’automobile (FIA), mais a été tué sur le coup. Source Le lendemain, dimanche 01 mai, Ayrton Senna se présente dans le paddock, prend le volant de sa Williams et meurt à son tour, juste après l’accident, devant 300 millions de téléspectateurs…Mais là encore l’annonce de son décès ne sera indiquée qu’à la fin de la course.

  • La place de la politique en deux épisodes

Réunies au sein de la Formula One Constructors Association (FOCA), un groupe de pression destiné à défendre les intérêts des principales écuries britanniques entendent peser plus lourdement sur la direction de la discipline en profitant de la passivité de la CSI.

En 1978, avec Jean-Marie Balestre nommé à la tête de la CSI, les choses changent. La CSI devient FISA. Les conflits entre les deux groupes FOCA et FISA se « soldent » avec les différents acteurs concernés en 1981. Ils signent, les « Accords de la Concorde » qui entérinent le partage des pouvoirs entre FISA et FOCA…

  • La géopolitique

la Chine ou la Russie aujourd’hui, ou dans un but d’expansionnisme économique, le Qatar, entretiennent des relations tortueuses avec le sport. Ce dernier est un soft power qui permet d’exister aux yeux du monde et d’attirer des capitaux extérieurs.

Conséquences sur les publics

Alors que, comme nous l’avons cité en amont, le duel Senna/ Prost passionnait à hauteur de 300 millions de téléspectateurs il y a plus de 20 ans, ils sont 400 millions en 2016. Ils étaient 450 millions en 2014 contre 510 millions en 2011. Le désintéressement n’est pas seulement français ou européen mais bien mondial. Ces chiffres interpellent d’autant plus que la population mondiale ne cesse de croître, à raison de 400 millions tous les 5 ans et que le nombre de grands prix est passé de 162 (1990/99) à 177 depuis 2010.

« Le Wall Street Journal révèle, en outre, que deux facteurs, pouvant expliquer cette baisse importante, correspondent à une deuxième partie de saison dominée par Sebastian Vettel (Ferrari depuis 2015) et au changement de diffuseur en Chine et en France. »Source

2013, diffusion sur canal +

« En passant sur Canal+, chaîne payante, les audiences ont chuté en France car les téléspectateurs ne souhaitent pas payer un abonnement uniquement pour regarder les courses de Formule 1. Il est vrai que le dimanche après-midi, les français entre autres, avaient pour habitude de regarder les Grands Prix sur TF1.

L’impact des modes de diffusion a été, en partie, rejeté par certains publics car ces derniers étaient excluants.

  • Lorsqu’on « sonde » des personnes à ce sujet, les 18 – 25 ans se souviennent que « leurs parents regardaient le Grand Prix » mais eux se sont très vite désintéressés du sport automobile. « 

Remarques: L’impression formulée par les publics est qu’il n’y a plus autant de compétition qu’auparavant entre les coureurs, que le podium est occupé par les mêmes constructeurs et ne laisse plus de place aux surprises ni aux outsiders. De plus, cette typologie de course (sa longueur ou son absence de surprise) peut ne pas correspondre à la génération « z » souvent associée à la culture du « zapping ».

L’image véhiculée d’un sport sous influence politique/géopolitique et financière est doublement négative lorsque les stratégies se font au détriment des coureurs. L’interrogation porte sur « l’essence du sport » ? Que reste-t’il de sa dimension humaine et de ses valeurs ?

Stratégie mise en place

  • Renouveler son public, le rajeunir.
  • Séduire un nouveau public via FB avec des monoplaces « plus agressives », « plus performantes ».
  • L’âge des coureurs est à prendre en considération, par exemple Charles Leclerc est le 1er coureur automobile à rentrer chez Ferrari (2019) si jeune, il a 21 ans. Pour les grands prix 2019, ils seront les plus jeunes à concourir (tous ont moins de 25 ans) depuis 1950.

 

Quittons le paddock pour écouter les paroles d’un conseiller d’orientation:

« Vous savez, Antoine n’aime pas trop les activités intellectuelles ; il ne lit quasiment pas, écrit très peu et en plus il a une orthographe épouvantable… Peut-être serait-il plus à son aise, plus heureux, dans une filière professionnelle… » Source

 

3. LA MÉCANIQUE

 

La mécanique (à comprendre par « secteur »), premier employeur de France, est présente dans de nombreux secteurs de pointe comme l’aéronautique, l’énergie, la mécatronique, la robotique… Les recrutements font la part belle aux jeunes techniciens et aux ingénieurs.Source

Mécanique et école

Cette tribune de 2016 d’Alain Bentolila parue au Journal Le Monde nous rappelle le mépris entretenu de la France pour ses métiers, ses filières techniques.

 » Comme si les activités manuelles étaient le juste aboutissement ou la juste sanction de l’échec scolaire. Disons-le fortement, il s’agit là d’une insulte aux savoirs fondamentaux comme à la noblesse du geste. »

 

Pour traduire l’échec scolaire ou le désaveu de l’école, voici comment sont considérées les personnes en fonction de leur parcours scolaire selon Roger Cornu  {( sociologue et chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)} « si vous n’avez pas le bac, aujourd’hui, vous êtes considéré comme un déchet« . Comment comprendre ce rapport à l’autre alors que ce système injuste produit de l’image négative. Commençons par la question de l’impérieuse nécessité de la main-d’œuvre.

Travailleurs & ouvriers

Dès la première guerre mondiale, la France, doit faire face à une pénurie de main-d’œuvre masculine nationale. Celle-ci s’impose aux autorités françaises comme un des problèmes les plus aigus. Après 1945, c’est principalement à l’Italie de pourvoir la France en travailleurs. Cependant, à la fin des années 1950, l’immigration italienne vers la France se réduit alors que les besoins en main-d’œuvre augmentent en conséquence de la croissance économique et des effets de la guerre d’indépendance algérienne (suspension de la libre circulation entre l’Algérie et la France, mobilisation du contingent). Si l’Espagne devient la principale source de travailleurs immigrés, les autorités françaises commencent à tolérer plus amplement la venue irrégulière d’étrangers.

Nous allons observer certaines caractéristiques migratoires. Nous savons qu’au Petit-Quevilly s’est installée une importante communauté portugaise. L’immigration portugaise ne date que de la fin des années 50. Les Portugais deviennent en quelques années la « communauté » étrangère la plus nombreuse. En dix-sept ans, les Portugais en France passent de 20 000 (1958) à 750 000 (1975). Source

Cette carte fait apparaitre une très forte progression de la part de la population active employée dans l’industrie qui correspond à l’essor industriel mais l’on constate que tous les territoires ne sont pas concernés de la même manière. Nous pouvons remarquer que la Seine-Maritime est dans le « rouge » (plus de 40% de la population active) depuis 1860.

 

  • Travailleur, ouvrier, employé ?

L’ouvrier ne se définit plus comme tel, nous indique Martin Thibaut (sociologue du travail à l’université de Limoges, a entamé son enquête, Ouvriers malgré tout (Raison d’agir éditions, 2013). Ces derniers ont investi d’autres secteurs. Il se tertiarise. Par ailleurs, il observe que la parole est donnée aux ouvriers lorsque les entreprises sont délocalisées car « Ils apparaissent comme un monde vieux, finissant« .

Selon l’Insee, la France compte 6,3 millions d’ouvriers, classés en trois catégories : qualifiés, non qualifiés et agricoles. Un chiffre en net recul par rapport aux années 1970. Alors qu’ils occupaient 40 % des emplois il y a quarante ans, ils n’en occupent plus que 20,5 % aujourd’hui. Source

Au total, un homme français sur trois ayant un emploi est encore un ouvrier. (Le secteur reste masculin à 80%)

« Les ouvriers représentent encore près du quart (21,5 %) de la population active, c’est important. Ce qui a vraiment décliné, c’est leur visibilité  » selon le sociologue du travail, David Gaborieau

 

« On s’intéresse rarement à l’intérieur des usines, comme s’il n’y avait plus que des ouvriers sans emploi » ajoute Roger Cornu { ( sociologue et chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)}.

Les ouvriers et leur invisibilité médiatique

« A la télévision, seules 3 % des personnes interviewées sont des ouvriers, contre 61 % de cadres, selon le baromètre de la diversité du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) »

Ouvrier – Employé

Les deux « désignations » ont perdu de leur « sens ». Nous aurions pu penser que la question du statut joue entre ouvrier/employé/agent de maîtrise mais, aujourd’hui, la frontière entre le monde des ouvriers et celui des employés n’a jamais été aussi floue. La notion de « classes populaires » traduit cette mixité nouvelle.

  •  75% des employés sont des femmes
  • Les classes populaires sont aussi le résultat d’une hybridation, par exemple, pour exemple, au regard des enfants – le père est ouvrier et la mère est employée.

 

 Géographie des métiers

Selon l’Insee, l’histoire industrielle, le développement des villes et les migrations ont façonné la géographie des métiers. Les ouvriers industriels sont ainsi surreprésentés dans les parties nord et ouest de la France.

 

Mécanique et voiture

La mécanique comme activité technique, comme savoir-faire peut s’appréhender comme une pratique ouvrière. Nous l’avons constaté avec ce rapport « aux mains« , aux travaux manuels pour le tuning mais nous pouvons entendre régulièrement cette banalisation  » du faire « .

 

La question de la réception de la mécanique chez les jeunes

  • La filière de la mécanique

« Alors que l’automobile continue de faire rêver et que certaines filières techniques ou artisanales attirent de nouveau les jeunes, beaucoup d’entreprises en France recherchent activement des professionnels de la mécaniquemais n’en trouvent pas. Un seul et unique constat : le problème ne date pas d’hier ! Il aurait fallu que la branche automobile réagisse plus tôt et lance « un plan ORSEC de communication auprès des jeunes » il y a bien longtemps…Les louables actions mises en place dernièrement ne sont clairement pas suffisantes. »Source

 

Après cette question de la réception et de l’image que nous renvoie la mécanique, nous pouvons, par ailleurs, remarquer que les spécialistes/garagistes ont vu leur métier se complexifier et implicitement leur tarif croître. Sur notre territoire social, nous cumulons les difficultés: notre parc automobile vieillit, nous sommes dépendants de la voiture et supportons difficilement les frais imputés par les réparations. Elles sont parfois très lourdes de conséquence. Observons une pratique qui s’est développée dans les cités puis sur des parkings de résidence, à savoir la mécanique sauvage.

 

3.1 La mécanique sauvage

Lorsque certains parlerons de systèmes D, d’ actions proches de la débrouillardise, du partage qui repose sur des compétences d’autres contesteront, dénonceront bien avant que celle-ci ne soit réglementée…

 

La mécanique sauvage a engendré des abus, a produit des dégâts, elle est, désormais, réglementée. Sachez, néanmoins, qu’elle ne se traduit pas de la même façon et qu’elle n’est pas reçue de la même manière en fonction des territoires où elle s’exécute. Observons, dans un premier temps, la présentation qu’en fait le journal Paris Normandie en 2016, à Évreux:

Évreux, quartier de la Madeleine- « En ces temps de disette économique, toutes les solutions pour mettre quelques sous de côté sont bonnes à prendre. A fortiori lorsqu’il s’agit d’effectuer des réparations sur son véhicule. L’automobile est le troisième poste de dépenses des ménages en France derrière l’alimentation et le logement. Ce n’est donc pas étonnant de rencontrer, au hasard des parkings ou en pleine rue, des habitants qui mettent la main dans le cambouis« .Source

Lorsque nous sommes conscients de notre dépendance quotidienne à la voiture, que nous mesurons la situation subie qui est la nôtre. Il paraît tentant de réduire les dépenses en passant par ces « mécaniciens de l’espace privé/public ». Pour certains territoires, cette pratique s’est ancrée historiquement, en Ile-De-France, comme  un garagiste de Vitry- Sur- Seine le fait remarquer : « la mécanique sauvage en banlieue c’est vieux comme le monde »   Source

Quel territoire social  est concerné ?

D’un point de vue extra local, c’est-à-dire ici, en bas de mon immeuble au Petit-Quevilly, j’assiste, depuis déjà quelques mois, au déroulement d’ « interventions mécaniques » à ciel ouvert avec ce qu’il faut comme odeur, bruit et dégâts sur ce que je définirais comme un parking privé de résidence…Je me suis tout d’abord demandé qui réparait quoi? Un voisin, de mon quartier, en galère avec sa voiture, me suis-je dit. Puis, les véhicules changent de formes, de marques et de couleurs. Hier, jour ensoleillé de mars, c’était au tour d’un camion, dommage pour l’aération de mon appartement…

Un souvenir lointain quant à cette pratique m’est alors revenu à l’esprit. Nous sommes dans le milieu des années 90, dans les hauteurs de Nancy et de son Haut du Lièvre. Je revois, au pied de l’immeuble des comportements qui me semblaient appartenir à un autre monde, telles que ces familles qui allaient chercher leur caravane et qui s’installaient, tout l’été, sur le parking prenant ainsi des vacances in situ. Et puis, cette mécanique, un peu partout au point de ne pas imaginer qu’elle puisse être, un jour, qualifiée de « sauvage ».

  • En 1957, l’architecte Bernard Zehrfuss se met donc à l’ouvrage pour construire les plus grandes barres frontales d’Europe – plus de 400 mètres de longueur. Les travaux, qui s’échelonnent sur treize ans, donnent naissance à un quartier qui compte 3 400 logements et héberge alors 12 500 personnes. En crise dès 1962, ce quartier compte aujourd’hui 6500 habitants .Source

C’est, en effet ce qui me frappe, la distance temporelle entre mon souvenir et aujourd’hui. Il s’est passé presque 20 ans. Pourquoi en parlons-nous de cette manière désormais alors que cette mécanique existe, au point de faire partie intégrante de la vie d’un quartier, depuis « toujours » ou presque ?

Retournons un instant en région parisienne avec les réactions, en 2014, d’une municipalité.

Le Maire d’ ERMONT & La mécanique sauvage

Par un arrêté municipal, la commune d’Ermont dans le Val d’Oise (95), en quatre articles, interdit la mécanique sauvage, le 17 juin 2014. Ermont est une commune de 30 000 habitants au nord ouest de Paris. Le maire, à l’origine de cet arrêté, est Hugues Portelli. Personnalité politique en place depuis 1996, Hugues Portelli, au sein de son territoire social, a pu donner à vivre en 2008, un épisode singulier avec les Restos du cœur. En effet, il a crée une polémique en qualifiant la distribution de repas par Les Restos du cœur « d’assistanat« , il a interdit les maraudes de l’association à Ermont malgré les protestations de la Ligue des Droits de l’Homme (Source).

 

« La distribution de repas, c’est de l’assistanat. Nous préférons accompagner nos habitants les plus démunis en faisant de l’insertion par notre épicerie sociale, notre centre communal d’action social ou encore notre partenariat avec la Croix-Rouge. Grâce à leur travail, nous n’avons pas de SDF sur la ville. »

 

Voici, une capture d’écran de leur arrêté:

Screenshot_2019-03-26 Mécanique sauvage.png

Source

La Maison des communes de la Vendée* cite, dans un document concernant les pouvoirs du maire, ceci: (Source)Screenshot_2019-03-26 POUVOIRS DU MAIRE ET LE STATIONNEMENT - 5_reglementation_du_strationnement_circulation_mise_en_fourri[...].pngScreenshot_2019-03-26 POUVOIRS DU MAIRE ET LE STATIONNEMENT - 5_reglementation_du_strationnement_circulation_mise_en_fourri[...](1)

Remarquons la date du décret, 1964.

*La Maison commune de la Vendée regroupe 6 entités juridiques distinctes qui depuis de nombreuses années travaillent ensemble au service des collectivités des élus et de leurs agents : le Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale, l’Association des Maires et Présidents de Communautés de Vendée, l’Association Vendéenne des Anciens Maires, e-Collectivités Vendée, GéoVendée et le Fonds Départemental d’Action Sociale.

 

  • Une reterritorialisation d’un espace

Les troubles, que la mécanique sauvage engendre, relèvent de l’environnement et de la tranquillité publique. Ce qui change ce sont aussi les populations, cette pratique tolérée hier se voit aujourd’hui interdite. Est-ce ce changement de populations, ou est-ce la prise en compte de valeurs sociétales et donc environnementales (RSE) qui ont engendré cette règlementation ?

Une façon de reterritorialiser (par l’ autorité) un espace social (public ou privé) s’est exprimée. Paradoxalement, la parole citoyenne, à force de plaintes, a été entendue. Ce changement de mentalité a pu produire, pour certains, une modification de taille dans le sens où le territoire qui était partagé mais « subi » redevient commun et neutre. Pour ceux qui s’étaient « appropriés » cet espace, ils ont été dans l’obligation de se « retirer ».

Longtemps, ce débordement sur l’espace partagé fut « admis » car d’une part, il faisait partie intégrante d’un décor social et d’autre part parce qu’il prenait vie au sein d’un territoire ghettoïsé. Une façon politique de laisser les populations évoluer entre elles sans que la mairie ne se responsabilise ni ne s’occupe de ces espaces de référence souvent éloignés/ex-centrés. Une manière indirecte de signifier que cet espace social ne fait pas partie des politiques publiques de la ville.

Cette pratique, quasiment culturelle au vue de sa temporalité et de son mode d’existence, a subi une assimilation. La mécanique « sauvage « est devenue l’incarnation d’un folklore désormais non désiré. Un comportement politique s’est manifesté en vu d’ intégrer ces « minorités » à un groupe social (la ville dans son ensemble) en demandant à cette pratique de répondre aux « caractères » qu’exige le groupe. La conséquence première fut sa proscription.

Tant que la considération de ces espaces, souvent de relégation, n’était pas effective, ces quartiers étaient appréhendés comme des « non-quartier d’une ville« . Ces espaces insulaires se sont développés au fil de ces habitants et donc de leurs pratiques. Durant cette période, (plusieurs décennies) la « mécanique sauvage » ne dérangeait personne ou presque.

  • Qu’est-ce qui est commun?

Les abus de la mécanique sauvage sont évidement à contester mais pourquoi au lieu de verbaliser, d’interdire, ne pas proposer des espaces communs et citoyens de partages d’expériences dédiés à cette pratique ne sont pas initiés ? A l’instar des garages citoyens, des selfs garages sont souvent impulsés par une association, il existe, d’ailleurs, un annuaire de ces derniers Source

L’intérêt pour une commune

  • Recréer du lien social tout en facilitant la transmission de savoir-faire.
  • Réactiver ces ressources spécifiques (savoirs et compétences)
  • Susciter des vocations
  • Signifier une marque de confiance aux habitants
  • Permettre l’autonomie citoyenne
  • Faire réaliser des économies à tous

Sur le site « Self garage » , 150 garages associatifs sont référencés dont 2 en Seine- Maritime (Franqueville St-Pierre et au Havre) et 4 dans l’Eure pour finir, 2 dans le Calvados, 4 dans la Manche, et un dans l’Orne

En Seine-Maritime, les deux selfs garages référencés reposent sur des initiatives impulsées depuis une commune de 6100 habitants environ et une autre de 170 000 autres. Nous pouvons nous demander pourquoi, sur des territoires sociaux avoisinant les 20 000 habitants en moyenne, ce type de proposition ne voit pas le jour ?

En intégrant, à une politique de ville, tous les citoyens, nous agissons dans une logique de partie prenante, sans hiérarchisation entre les individus, sans stratification sociale supplémentaire.

Le vélo connait ce type de propositions, de plus elles sont très bien accueillies par les habitants et collectivités. Toutefois, cette pratique concerne majoritairement les résidents de centre -ville.


 

3.2 « BIG BANGERS »

 

In Rainbows Chromogenic print 2017 David de Beyter.jpg

Crédits David de Beyter

Une autre pratique s’inscrit également sur un territoire social, rural cette fois-ci. Avec le crash de voiture comme art de vivre, les Big Bangers nous convient à un spectacle sans appel.

2008 – Voitures (destruction) Big Bangers

« Big Bangers « : une pratique dérivée de l’auto-cross, sport populaire dans le Nord de la France. Celle-ci consiste à provoquer des chocs violents de véhicules, de «good crash», dont l’unique gain/motivation serait le spectacle de la destruction et la contemplation de son résidu, l’épave, ou selon le terme des amateurs de cette communauté une «auto-sculpture». Source

David_De-Beyter_03.jpg

Crédits David de Beyter – 207

« La carcasse semble tombée du ciel, à pic, dans ce champ hivernal. A moins qu’elle n’ait poussé là, comme un mirage dans un sillon de boue. » Source

AUTO CROSS

Ce sport, populaire dans le Nord de la France mais aussi en Belgique, est aussi très développé en Angleterre. La finalité de la course est la réduction à néant de l’objet voiture. Il faut regarder les courses sur circuits à Ploegsteert ou à Warneton pour admirer les ruines s’entrechoquer comme de vieux pots de yaourt calcinés. Mais David De Beyter s’intéresse à tout ce qui entoure la course« . Source

Circuit de Warneton

Big Bangers – Processus

« Il n’y a pas d’intention artistique sous-jacente, juste la jouissance du spectacle de la destruction dans le moment de l’accident mais aussi avant et après, quand il n’en reste que des décombres fumants. Exhiber la voiture brûlée participe aux plaisirs annexes. Elle peut correspondre aussi à une phase de test préparatrice, pour savoir comment et à quelle vitesse le véhicule s’enflamme. » Source

DAVID DE BEYTER

Photographe, né à Roubaix en 1985, vit et travaille à Tourcoing.

Big Bangers, les films

  • Le projet raconté par David de Beyter

Le projet Big Bangers cherche à révéler, dans la représentation d’une pratique de la destruction, une réflexion sur l’obsolescence et la dématérialisation. Par son approche anthropologique, il nous confronte à une sorte de culture brutale et chaotique, où la voiture en ruine devient trophée.

En extrayant volontairement de cette pratique toute une série de formes qui s’apparentent à la sculpture, celui-ci met à mal la notion de progrès et nous plonge dans ce qui semble faire l’écho d’une société qui produit ses propres ruines.Source

  • Les échos humains à ces réflexions

A l’instar du « déchet » pour les personnes qui ne possèdent pas le Bac, de la sous -représentations dans les médias (3%) des classes populaires, nous pouvons poursuivre avec d’autres rapports excluants voire méprisants entretenus avec la ruralité.

L’obsolescence – Ruine, souligne le changement d’échelle, au regard des marchés et de sa production, du monde agricole. Les producteurs français sont confrontés à de très graves difficultés économiques. Précarisés, leurs situations sociales tournent, parfois, aux cauchemars.

La surproduction, le gaspillage, les fermes -usines – La ruralité comme culture brutale vis à vis du monde animal.

Engrais/pesticides/pollution de l’air et des sols -Mise en danger des hommes, faune et flore.

Zone blanche – La ruralité ce sont aussi des espaces de référence qui ne possèdent pas de connexion internet. Ces territoires accusent un manque de renouvellement des populations en partie à cause de cela, et engendrent une exclusion du numérique pour les habitants, alors même que ces derniers voient déjà leurs services publics se raréfier.

Le bassin minier, les industries et l’ère post-industriel du nord de la France

Nous pouvons penser à la fin du bassin minier. Dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, marqué économiquement, socialement, « paysagèrement », écologiquement et culturellement par l’exploitation intensive, de la fin du XVIIe siècle jusqu’à la fin du XXe siècle, de la houille présente dans son sous-sol.

 

La mutation de l’industrie vers les services n’a cependant pas été totale ; en dépit d’un net phénomène de désindustrialisation et de tertiarisation, la région reste en effet à la fin du XXe siècle l’une des plus industrialisées de France avec un tissu industriel localement dense pour ce qui concerne la métallurgie, automobile, chimie, papeteries (papier-carton), verreries, cimenteries, secteur de l’énergie (nucléaire, gazière principalement) industrie du bois et le secteur agroalimentaire et de la pêche industrielle (conserverie, plats préparés, etc.).

  • L’influence de l’esthétique des films MAD MAX

les visions du monde post-apocalyptiques de cette séries de films ont produit une mythologie qui s’est ancrée dans la culture populaire et dans les arts depuis 1979. La guerre contre le pétrole, la pénurie d’eau pour Fury Road (2015), permettent un exploration dans un monde barbare, sauvage et viscéralement dangereux. Le spectacle oscille entre la représentations des Freaks, le tuning comme pratique ouvertement affiliée et les explosions spectaculaires. Les bruits des moteurs hurlants, les courses poursuites impitoyables ont suscité un intérêt croissant depuis 36 ans.

 

 

Isabelle Pompe, 30 Mars 2019

 

La disparition du piéton

L’image contient peut-être : plein air

IPL, 2019

Petit-Quevilly

Une enquête photographique sur la place du piéton est en cours depuis 2018. J’observe sa rareté dans les rues de cette commune, ma commune de résidence et constate que la voiture occupe une place de 1er plan.

Les raisons sont multiples: une typologie de population, une phénomène de société, un réseau de transport qui ne parvient pas à suppléer ni à remplacer.

Je remarque également que je croise davantage de femmes à pieds. Que les moyens de transport doux (marche et vélo) sont très loin d’être utilisés par les habitants et relativement peu aidés par la voirie: trop d’avenues, de boulevards, de voitures et de dépassements des limitations de vitesse.

Alors que les pics de pollution sont fréquents sur la commune, je m’interroge.

La route tient une place importante dans la pollution atmosphérique.

83% (chiffre de 2015) de la totalité du transport des voyageurs est mobilisé par l’automobile.

Il est important de comprendre qu’il existe des inégalités d’exposition aux risques: avec la question de la pollution, se pose aussi la question sociale. C’est à partir de là que d’autres risques me sont revenus à l’esprit.

Petit-Quevilly est une commune découpée, scindée, notamment, par la SUD III. Elle se compose de lignes et ne possède pas de centre, hormis un « quartier » historique où se trouvent la mairie et le cimetière.

Jusqu’à ce jour de visite à la mairie de février 2019, je découvre que nous, piétons, sommes désormais gravés dans le sol.

Ce trottoir, qui certes est notre seul espace d’expression, d’existence, semble ainsi nous rendre justice. Ici, se sont déplacés des êtres…

A suivre donc,

 

Isabelle Pompe, février 2019.